Budget : la lettre des députés PS aux députés LREM pour dénoncer "un moyen-âge fiscal"

Publié à 07h00, le 03 octobre 2017 , Modifié à 07h00, le 03 octobre 2017

Budget : la lettre des députés PS aux députés LREM pour dénoncer "un moyen-âge fiscal"
Olivier Faure. © AFP

OBSCURANTISME - La réforme de l’ISF made in Macron, avec la question des yachts, voitures de course ou autres jets privés, passe mal. Non seulement au PS, qui se fédère contre le budget 2018, mais aussi à droite – où l’on trouve que la réforme n’est pas assez ambitieuse – ou même à La République en marche où plusieurs élus ont exprimé leur malaise face à cette réforme de l’ISF.

Alors, pour enfoncer le clou alors que va débuter l’examen du budget 2018 à l’Assemblée nationale, les députés PS de la commission des finances, derrière leur président de groupe Olivier Faure, ont signé une lettre ouverte pour alerter et sensibiliser les députés LREM – surtout ceux issus de la gauche – sur la tonalité de ce premier budget du quinquennat Macron. "Quand on peut coller un sparadrap, personne ne s’en prive. Ça va devenir un boulet de la majorité", veut croire le hamoniste Régis Juanico dans les colonnes du Figaro de ce mardi 3 octobre. Pour Valérie Rabault, spécialiste des questions budgétaires, "même Sarkozy n’avait pas fait ça !".

Dans leur texte, les députés du groupe Nouvelle Gauche commence par affirmer que le coin de ciel bleu qui se dégage sur l’économie française est le fruit des efforts de la majorité précédente. Puis ils enchaînent sur le fait que ce budget 2018 servira "aux plus riches" :

"

A la lecture du PLF comme des premières annonces sur le PLFSS 2018, il apparaît que les économies que souhaite réaliser le Gouvernement servent prioritairement à compenser les baisses d’impôts pour les plus riches et ce dès 2018.

"

Dans leur viseur, évidemment, la réforme de l’ISF voulue par Emmanuel Macron et Edouard Philippe, même si Gérald Darmanin et Bruno Le Maire ont ouvert la voie à une inflexion sur les "signes ostentatoires de richesse". Les socialistes poursuivent en ce sens :

"

Au-delà du symbole insupportable que constitue l’exonération des voitures et chevaux de course, des yachts ou des jets, c’est le choix de diminuer principalement l’imposition des plus riches qui est intenable. (…) Pour masquer l’effet 'président des riches', le Gouvernement annonce une hausse du pouvoir d’achat des Français qui n’est qu’un trompe-l’œil.

"

En guise de conclusion, les députés PS tentent de prendre leurs homologues de la majorité par les sentiments. "Nous savons que pour nombre d’entre vous, le déséquilibre de ce budget est une surprise qui entre en contradiction flagrante avec vos engagements passés", écrivent-ils avant de dénoncer une "armure fiscale", pendant du "bouclier fiscal" de Nicolas Sarkozy, et un "moyen-âge fiscal" en contradiction avec le "nouveau monde" vanté par l’exécutif :

"

Nombre d’entre vous, qui avez combattu avec vigueur le 'bouclier fiscal' de Nicolas Sarkozy, ne pouvez assumer d’être les auteurs d’une véritable 'armure fiscale'. Au cours de la dernière campagne, vous avez aux yeux de nos concitoyens incarné le renouvellement et la promesse d’un 'nouveau monde'. Ce 'nouveau monde' ne peut être celui d’un Moyen-âge fiscal avec le retour de son cortège de privilèges.

"

Les députés LREM seront-ils sensibles à ces arguments ?

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> VIDÉO – Michel Sapin dénonce le bouclier fiscal de Macron, "4 fois plus épais que celui de Sarkozy" 

> Le rapporteur du budget 2018 considère qu'il faut bien plus taxer les yachts, les jets ou les voitures de course  

> La novlangue macroniste pour faire passer la pilule du budget 2018 

Du rab sur le Lab

PlusPlus