Christian Estrosi appelle les maires "à la révolte" pour passer outre la circulaire Valls sur l'expulsion de Roms

Publié à 13h01, le 07 juillet 2013 , Modifié à 15h49, le 07 juillet 2013

Christian Estrosi appelle les maires "à la révolte" pour passer outre la circulaire Valls sur l'expulsion de Roms
Christian Estrosi à l'Assemblé nationale le 17 avril 2013. (Vincent Isore/MaxPPP)

MUSCLE - Invité du Grand Rendez-vous Europe 1/i>Télé/Le Parisien, Christian Estrosi a appelé les "maires à la révolte" contre la circulaire Valls, qui rend selon lui plus difficile l'expulsion de gens du voyage occupant illégalement des terrains. Des gens du voyage que le maire de Nice entend bien "mater".

Il ya une loi qui dit que quand on occupe sans droit ni titre un terrain d'autrui on a 48h avec l'autorité préfectorale et la police pour expulser.

Pendant 10 ans, ça s'est appliqué, avec la circulaire Valls ça ne s'applique plus et les maires sont livrés a eux-mêmes.

Donc j'appelle les maires à la révolte quelque part, à utiliser le mode d'emploi qui est le mien.

En prime, il leur propose donc de suivre une excellente méthode de choc, la sienne. Cours pratique avec cette séquence vidéo, isolée par France TV info :

En version écrite, le dialogue entre Christian Estrosi et les gens du voyage, à qui le maire s'adresse directement, donne ceci :

Je suis allé les voir et je leur ai dit : "Voilà. Vous allez partir". - Non, non, on est là pour trois semaines. Et c'est nous qui vous imposerons M. le maire de rester là pendant trois semaines.- Ah bon, on va voir. J'en ai maté d'autres, et je vous materai.

La première chose que je fais, c'est de mettre des caméras de surveillance partout pour surveiller vos faits et gestes, on va noter ceux qui rentrent, ceux qui sortent, on va voir ce que vous allez faire dans la ville, dans la métropole... Je sais que vous n'aimez pas beaucoup ces choses là mais on va noter.

Je vais relever les plaques d'immatriculation. Je fais un référé devant le tribunal à titre conservatoire pour pouvoir saisir les véhicules. Vous savez, ces belles et grosses voitures avec lesquelles ils tirent leurs belles et grosses caravanes pour lesquelles il faudrait parfois toute une vie aux Français pour pouvoir se les payer.

Et quand je suis venu avec la facture de 620000 euros pour les deux terrains de foot sur lesquels mes gamins ne pourront pas aller jouer à la rentrée en disant "Non seulement vous allez partir mais avant de partir vous aller payer", ils m'ont dit "on ne paiera jamais ça".

OK, saisie des véhuicules et on vendra les véhicules pour pouvoir se rembourser de ce que les contribuables niçois et français n'ont pas à payer.

Ce n'est pas la première fois que Christian Estrosi s'irrite de l'occupation illégale de terrains par les gens du voyage et de ce qu'il considère comme un "message de laxisme" de la part du gouvernement. 

>> "On a l'impression d'avoir un milicien qui s'exprime"

Eduardo Rihan Cypel en avril 2013. (Christophe Petit Tesson/MaxPPP)

Le porte-parole du PS et député de Seine-et-Marne Eduardo Rihan Cypel a vivement réagi sur Europe 1 aux propos de Christian Estrosi dimanche.

Pour lui, les propos du maire de Nice "sont invraisemblables" :

Monsieur Estrosi appelle carrément à des pogroms. On a l'impression d'avoir un milicien et non pas un élu de la République qui s'exprime.

La condamnation se poursuit en trois points :

#Le point Front national

J'ai bien compris le petit jeu de monsieur Estrosi, il est en campagne municipale. Il a un fort problème avec le Front National qui est extrêmement haut dans sa ville.

Il cherche à faire plus dur que le FN, il cherche à passer pour un gros dur mais on sait qu'il n'est pas la hauteur des enjeux, qu'il n'est pas la hauteur des problèmes

#Le point Snowden

Mais pour qui se prend-t-il ? Va-t-il demander de l'aide à la NSA pour venir identifier les gens, avoir leur télécommunications et leurs plaques d'immatriculations ?

#Le point Godwin

Mais qu'il appelle tout simplement au respect du droit, au respect des règles. On se croirait dans les années 30 avec des appels à des milices. (...)

Mais qu'est-ce qu'il va faire ? Il va prendre une batte de baseball et régler le compte des gens ? Un élu de la République doit régler les problèmes sans tomber dans le populisme et les amalgames.

Du rab sur le Lab

PlusPlus