Simonnet (LFI) ne veut pas quitter son logement social pour "ne pas enrichir un propriétaire privé"

Publié à 09h29, le 26 octobre 2017 , Modifié à 12h01, le 26 octobre 2017

Simonnet (LFI) ne veut pas quitter son logement social pour "ne pas enrichir un propriétaire privé"
Danielle Simonnet. © AFP

Décidément, La France insoumise et les logements sociaux, c’est toute une histoire. Après Alexis Corbière et Raquel Garrido qui quittent finalement leur HLM parisien pour s’installer en Seine-Saint-Denis, c’est au tour de Danielle Simonnet d’être rattrapée par la patrouille.

Conseillère LFI de Paris, cette proche de Jean-Luc Mélenchon occupe un logement social de 83 m² dans le 20e arrondissement de Paris depuis 1999 pour 1300€ (un loyer libre établi par la régie immobilière de la Ville de Paris), révèle ce jeudi 26 octobre, Le Parisien. Mais cela n’a rien d’illégal, précise le quotidien tandis que l’élue explique qu’elle ne compte pas quitter ce logement.

La raison ? Elle affirme ne pas vouloir "enrichir un propriétaire privé" :

Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière.

Danielle Simonnet précise par ailleurs que la mairie de Paris ne lui a pas demandé de partir. Au Parisien, Ian Brossat, adjoint communiste d’Anne Hidalgo en charge du logement, assure quant à lui que "son appartement (celui de Danielle Simonnet, ndlr) n’est pas de la catégorie HLM mais un loyer libre". "Et dès lors, il n’y a pas de plafond de ressources pour l’obtenir, pas d’enquêtes sur les revenus de ses occupants, pas de surloyer", ajoute-t-il avant de développer sur Twitter :

Thread Reader is happy to present an unrolled Twitter story by @IanBrossat
Je vois ici beaucoup de remarques sur les logements en "loyer libre" de nos bailleurs sociaux. Explications :arrow_down: Ces logements appartiennent à des bailleurs sociaux mais ne sont pas considéres comme des logements sociaux. Cela signifie qu'il

Élu quant à lui député en juin, Alexis Corbière avait fait l'objet, pendant la campagne des législatives, d'attaques sur le fait qu'il occupait un logement d'un bailleur social. Après avoir annoncé qu'il quitterait son logement dès la fin juin, lui et Raquel Garrido ont finalement déménagé en octobre. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus