Dans "Une ambition intime", François Bayrou évoque sa ressemblance avec… Richard Gere

Publié à 12h22, le 03 novembre 2016 , Modifié à 11h01, le 04 novembre 2016

Dans "Une ambition intime", François Bayrou évoque sa ressemblance avec… Richard Gere
La ressemblance entre François Bayrou et Richard Gere n'est pas si flagrante... © Montage photos via AFP

Ce sont des traits communs physiques qui ne sautent pas aux yeux de prime abord. Dans l’émission Une ambition intime diffusée dimanche 6 novembre sur M6, François Bayrou (65 ans) évoque sa ressemblance avec l’acteur américain Richard Gere (67 ans), comme le rapporte Paris Match ce jeudi 3 novembre :

 

On m’a dit que je ressemblais à l’acteur de "Pretty Woman".

L’animatrice Karine Le Marchand n’est pas convaincue par cette ressemblance, poursuit l’hebdomadaire qui a consulté l’extrait. Mais elle admet finalement que le maire centriste de Pau peut avoir "un petit côté Richard Gere". "Voilà, vous y venez aussi. Vous avez fini par percer le fond de ma nature", s’enthousiasme alors le président du MoDem. On ne sait pas toutefois si par "le fond de sa nature" François Bayrou fait référence au personnage joué par l’acteur dans cette comédie romantique culte sortie en 1990. Voici un extrait de l'émission diffusé sur le site de M6 :

 

Une comparaison qui a donné des idées à @GuillaumeTC. Sur Twitter, il s’est amusé à croiser les deux :

 

 

[BONUS TRACK] "Qu’est-ce que tu nous emmerdes avec les idées ?"

Lors d’un entretien avec Jacques Chirac, au début des années 2000, François Bayrou et le président de la République  de l’époque ont discuté de l’anorexie de leurs filles respectives, rapporte Paris Match. Ils ont aussi parlé des idées. Ou du moins tenter. "Qu’est-ce que tu nous emmerdes avec les idées. La politique, ce n’est pas des idées", lui a lancé Jacques Chirac selon le récit de François Bayrou dans Une ambition intime. "Je vais te dire que ce que c’est la politique : le Premier ministre, c’est fait pour que ça ne se passe pas trop mal en France. Le président pour représenter la France à l’étranger", lui avait expliqué Jacques Chirac.

Du rab sur le Lab

PlusPlus