De nombreux politiques pestent contre le Tour de France et son vin chilien

Publié à 13h24, le 04 mars 2016 , Modifié à 13h24, le 04 mars 2016

De nombreux politiques pestent contre le Tour de France et son vin chilien
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP

En France, on picole français et pis c’est tout. Qui plus est sur le Tour de France qui met chaque été en valeur les terroirs et territoires de l’Hexagone. A la suite de la grogne des viticulteurs, de nombreux politiques ont pris le relais de cette contestation viticole pour se plaindre du choix de la célèbre épreuve cycliste d’avoir pour vin officiel un vin sud-américain baptisé "Bicicleta".

Ainsi, comme le rapportait le Midi Libre le 28 février, huit députés héraultais (Kléber Mesquida, Fanny Dombre-Coste, Anne-Yvonne Le Dain, Patrick Vignal, Frédéric Roig, Christian Assaf, Sébastien Denaja et Jean-Louis Roumegas) ont écrit à Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, pour se plaindre de ce choix. "Les organisateurs du Tour de France, ASO (Amaury Sport Organisation), ont annoncé que le vin officiel de l'épreuve pour les trois prochaines années serait un vin chilien", écrivent-ils avant d’ajouter :

"

Autant dire que c'est la consternation chez nos viticulteurs qui ressentent comme une provocation cette action promotionnelle de vins étrangers. Les syndicats de vignerons, qui n'ont pas été prévenus par les organisateurs du Tour, sont très en colère. Ils envisagent de manifester leur mécontentement tout le long de la Grande Boucle, avec des perturbations sur son déroulement.

"

Plus récemment, le 3 mars, comme le rapporte Le Dauphiné libéré, c’est la députée FN Marion Maréchal-Le Pen qui a demandé à ASO, de "reconsidérer son choix". Et la nièce de Marine Le Pen d’écrire :

"

Je partage totalement la colère et l’écœurement des vignerons français, sidérés que l’on puisse oser promouvoir un vin étranger au lieu des leurs à l’occasion d’une grande épreuve sportive française de renommée mondiale et qui, de surcroît, se déroule en partie au milieu de leurs vignes. Il y a des moments où le sens patriotique devrait naturellement s’imposer. Aussi, je demande à l’organisateur, Amaury Sport Organisation (ASO), de bien vouloir reconsidérer son choix en optant pour une production nationale.

"

Mais, comme le note L’Opinion ce vendredi 4 mars, "grâce à la loi Evin, aucune publicité ne sera faite pour le vin en question sur la route du Tour… sauf pendant les trois étapes qui se dérouleront en Andorre et en Espagne".

Du rab sur le Lab

PlusPlus