Découverte d'un "système d'emplois fictifs" au groupe UMP du Sénat de 2002 à 2014, selon Le JDD

Publié à 10h03, le 12 mars 2017 , Modifié à 10h20, le 12 mars 2017

Découverte d'un "système d'emplois fictifs" au groupe UMP du Sénat de 2002 à 2014, selon Le JDD
L'hémicycle du Sénat © LIONEL BONAVENTURE / AFP

Il y a ceux de la famille Fillon. Il y a aussi ceux du Front national au Parlement européen. Et voici venir ceux du groupe UMP au Sénat. Ces temps derniers, les emplois fictifs présumés semblent être partout ou presque dans la politique française...

Ce dernier cas en date est révélé par Le JDD, dimanche 12 mars. Selon l'hebdomadaire, le juge René Cros a découvert "un système d'emplois fictifs" d'assistants parlementaires qui aurait eu cours de 2002 à 2014 au sein du groupe parlementaire de ce qui ne s'appelait pas encore Les Républicains, et qui aurait concerné "une dizaine" de ses membres. C'est le même juge qui enquête sur les forts soupçons de "détournement de fonds publics" par le même groupe UMP du Sénat - une affaire à plusieurs millions d'euros abondamment rapportée par Mediapart depuis des mois, dans laquelle six personnes dont des sénateurs et ex-sénateurs ont été mis en examen.

Au moyen d'un système de financement occulte basé sur deux associations dont "l’Union républicaine du Sénat" (URS), "le groupe UMP avait mis sur pied un système d'emplois fictifs", révèle Le JDD, documents à l'appui. L'hebdomadaire précise le mécanisme :

Sur leur quota d'assistants, une dizaine de sénateurs rémunéraient des collaborateurs qu'ils mettaient en réalité à la disposition du groupe parlementaire. Puis l'UMP reversait en sous-main à ces sénateurs une partie des salaires de leurs collaborateurs détachés.

Douze ans durant, "100.000 euros mensuels" ont ainsi été "versés illégalement", précise Le JDD. On avoisinerait donc les 15 millions d'euros au total, ce qui correspond aux chiffres avancés par Mediapart.





[BONUS TRACK] Le bon vieux temps

Dans le même article du JDD, on trouve également cette déclaration légèrement hallucinante du sénateur LR Henri de Raincourt, ancien président du groupe UMP au cœur de l'enquête pour "détournement de fonds publics" et mis en examen. Faits-en ce que bon vous semble, nous on ne s'en est toujours pas remis :

 

Tout cela n'était pas vraiment illégal. Quand j'ai démarré au Sénat, on faisait la queue chaque semaine en sous-sol pour toucher des espèces, et puis cela s'est arrêté. Depuis 2014, il a été décidé de ne plus restituer aux sénateurs une partie de leurs reliquats [de "crédits collaborateur" versés au groupe, ndlr]... Les temps changent.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus