Dernier débat avant le premier tour de la présidentielle : Bernard Accoyer exprime à son tour ses réserves

Publié à 09h23, le 29 mars 2017 , Modifié à 16h18, le 29 mars 2017

Dernier débat avant le premier tour de la présidentielle : Bernard Accoyer exprime à son tour ses réserves
© PATRICK KOVARIK / AFP

Le dernier des trois débats entre les candidats à la présidentielle, organisé par France 2, est prévu le 20 avril, à trois jours seulement du premier tour. Il a toutefois de plus en plus de plomb dans l’aile. Jean-Luc Mélenchon a été le premier à porter un coup, mardi 28 avril, menaçant de ne pas participer "compte tenu de son programme d’activité et de la construction de sa campagne". Sa non-participation est même "actée", a annoncé mardi une proche du candidat de la France insoumise, Raquel Garrido. Plutôt sur la même longueur d’ondes, Emmanuel Macron a expliqué mardi ne vouloir qu’un seul débat à onze, "et pas à la dernière minute".

A droite, des interrogations se posent aussi quant à la tenue de ce deuxième affrontement entre tous les candidats, après celui du 4 avril sur BFMTV et CNEWS. Bernard Accoyer a ainsi exprimé ses réserves sur la date du débat ce mercredi sur Radio Classique et Paris première :

 

 

"

C’est (la décision, ndlr) du ressort de notre candidat François Fillon. Je pense qu’il y a un délai trop court entre le débat et le premier tour pour pouvoir pallier à tel ou tel ou tel incident ou telle ou telle nouvelle polémique, hélas.

"

Le patron des Républicains avait juste avant expliqué pourquoi il trouvait qu’organiser un débat le 20 avril n’était pas une bonne idée :

"

 

Je trouve que cette campagne a pris une dimension violente qui m’inquiète. Il est exact que tenir un débat sans qu’il y ait un délai suffisant pour retrouver un peu de stabilité, un peu de sérénité... S’il y a des incidents qui sont déclenchés, et il est possible que dans la dernière ligne droite des candidats veuillent essayer de se signaler particulièrement par des coups d’éclat... Le constat, la seule remarque que je fais, et c’est une évidence, c’est que ce débat est extrêmement proche des échéances.

"

Invité de Territoires d'infos sur Public Sénat et Sud Radio ce mercredi, David Rachline a annoncé que la participation de Marine Le Pen à ce débat n'était pas encore faite non plus. Voilà ce qu'a déclaré le directeur de campagne de Marine Le Pen :

 

 

"

Nous verrons bien mais pour que nous nous y rendions il faudra que les conditions de la neutralité et de la loyauté du débat soient réunies. Quand on voit l’exercice de style qui a été celui de France 2 hier soir (le passage de Marine Le Pen à l'Entretien politique, ndlr) on peut se demander si la neutralité et la loyauté sont respectées. Monsieur Pujadas s’étant transformé en véritable procureur, ce qui était très étonnant. (…) Aujourd’hui, il y a un vrai point d’interrogation, on s’interroge, franchement.

"

Un premier débat s’était déroulé le 20 mars sur TF1, mais avec les cinq principaux candidats à la présidentielle selon les sondages : François Fillon, Benoit Hamon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

 

[EDIT 11 h 05] Ajout des propos de David Rachline

Du rab sur le Lab

PlusPlus