Gérard Collomb critique un premier gouvernement "constitué pour respecter les équilibres internes du PS " alors qu'il "faut s'occuper de la France"

Publié à 09h36, le 08 mai 2013 , Modifié à 10h07, le 08 mai 2013

Gérard Collomb critique un premier gouvernement "constitué pour respecter les équilibres internes du PS " alors qu'il "faut s'occuper de la France"
Capture d'écran Europe 1

SOUPE INTERNE- Le maire PS de Lyon Gérard Collomb a plaidé ce mercredi 8 mai sur Europe 1 pour un effort de "clarté", demandant de "trancher entre deux lignes politiques". Il a également critiqué les raisons de la nomination de certains ministres.

Le premier gouvernement a été constitué pour respecter les équilibres internes du PS. Ce n'est pas les problèmes du PS qu'on a à gérer aujourd'hui. Mais c'est de la France qu'il faut s'occuper.

Gérard Collomb part également en bataille pour que "les gens au gouvernement soient sur la même ligne politique". Une manière de demander, à demi-mots, la tête de plusieurs ministres qui ne la suive pas.

Arnaud Montebourg, par exemple?

Je ne fais pas une fixette sur Arnaud Montebourg. Il est symptomatique d'un nombre d'incohérences qui ont pu avoir lieu au cours de cette année. Il faut rendre de la cohérence à cette équipe.

Le président de la République François Hollande a assuré, dans une interview à paraitre le 9 mai dans Paris Match, qu'un remaniement ministériel viendrait "en son temps", soulignant que "personne n'est protégé dans le gouvernement". 

Pour sa part, Gérard Collomb annonce sur Europe1 qu'il ne fera pas partie du prochain gouvernement.

Le président de la République ne veut que des ministres à plein temps, donc des gens qui ne cumulent pas. Or pour moi la priorité est la ville de Lyon.

BONUS TRACK Gallois > Royal Aubry :

Interrogée par la journaliste d'Europe1 qui lui demande si le gouvernement ne manque pas de poids lourds, comme Martine Aubry ou Ségolène Royal. Le sénateur-maire fait la moue. "Vous m'auriez dit Louis Gallois par exemple, que j'aurais totalement acquiescé", glisse, perfide, Gérard Collomb.

Du rab sur le Lab

PlusPlus