Guéant, un problème de civilisation

Publié à 21h46, le 04 février 2012 , Modifié à 17h46, le 11 février 2012

Guéant, un problème de civilisation
Claude Guéant, le 29 décembre dernier. (Maxppp)

"Toutes les civilisations ne se valent pas". La phrase a provoqué une vaste polémique autour de Claude Guéant. Alors qu'il intervenait dans le cadre d'une réunion de l'UNI, le syndicat étudiant de droite, le ministre de l'Intérieur a lâche cette petite phrase qui a enflammé Twitter avant d'être confirmée par les médias traditionnels. L'opposition s'insurge et le gouvernement fait bloc derrière le ministre de l'Intérieur. Sauf quelques voix, et non des moindres, comme celles d'Alain Juppé ou de Jean-Pierre Raffarin. 

  1. "Meilleur ministre qu'ethnologue"

    Sur franceinfo.fr

    A droite, le soutien sans faille à Claude Guéant commence à se fissurer doucement.

    Alain Juppé a jugé "inadéquat" l'usage du mot "civilisation". Le chef de la diplomatie française a pris ses distances avec son homologue de l’Intérieur tout en rappelant que Claude Guéant est un "républicain" avec qui il partage des valeurs. 

    De son côté, Jean-Pierre Raffarin martèle aussi sur France Inter que l'homme qui a déclenché la polémique est un "bon ministre". Mais jamais avare en bons mots, l'ancien Premier ministre a souligné qu'il était "meilleur ministre qu'ethnologue". 

  2. Guéant : "Toutes les civilisations ne se valent pas"

    Sur Fréquence ESJ

    "

    Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas.Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l'égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique

    "

    Jean-Marie Le Pen dans le texte ? Pas du tout, ces propos sont ceux du ministre UMP de l'Intérieur, Claude Guéant. Le locataire de la place Beauvau les a déclamés ce samedi devant 200 militants de l'UNI, syndicat étudiant de droite, lors d'une réunion tenue dans une salle de l'Assemblée nationale.

    Précision intéressante, celui qui a rapporté ces déclarations, confirmée plus tard par l'AFP, peut difficilement être taxé de "gauchiste". Il s'agit en effet de Tristan Maupoil - sur Fréquence ESJ, le site des étudiants de l'école de journalisme parisienne - qui était, jusqu'à l'année dernière, le porte-parole du syndicat lycéen pro-gouvernemental RNL (Réformons nos lycées)...

    >> Lire ici l'article complet

  3. Guéant persiste et signe

    Sur rtl.fr

    Invité de RTL, le ministre de l'intérieur a confirmé ses propos et, grand classique, accusé l'opposition de déformer ses propos:

    "

    Je ne la regrette pas mais je regrette que certains à gauche continuent à extraire des petites phrases de leur contexte et enlèvent ainsi la dignité du débat démocratique

    Cela veut dire très clairement que, pour nous, tout ne se vaut pas. Pour la gauche, apparemment, si j'en juge par les réactions que j'ai entendues ce matin, tout se vaut.

    "
  4. Le gouvernement fait bloc

    Sur europe1.fr

    Invité d'Europe 1, François Baroin, le ministre de l'Économie a défendu les propos de son collègue de l'Intérieur :

    "

    Je suis toujours très frappé de voir l’exploitation des propos de Claude Guéant. Claude Guéant est un profond républicain. C’est une polémique de fond. Je préfère la Liberté, l’Etat de droit. Je ne vois pas très bien que ce qu’un Républicain peut contester. Les membres de ce gouvernement sont de profonds républicains.

    "

    Sur les ondes de RTL, Gérard Longuet, ministre de la Défense a lui aussi tenté d'éteindre la polémique du week-end en affirmant que le jugement de Claude Guéant "est intéressant dans son contexte".

    "

    Dire que le respect de la personne, dire que le refus de la violence, dire que le refus de la peine de mort par exemple hiérarchisent des comportements, des cultures, des civilisations me paraît d'une banalité totale.

    Si on ne peut même pas dire cela, c'est la censure à tous les étages et à tous les moments de la réflexion.

    "

    L'UNI, le syndicat d'étudiants de droite devant lequel s'exprimait Claude Guéant a publié sur son site un billet de blog évoquant une "polémique odieuse."

  5. Twitter fait de l'humour

    Sur storify.com

    [View the story "Le problème de civilisation de Claude Guéant" on Storify]

  6. Cyber contre-attaque immédiate du PS

    Sur twitter.com

    Trois heures après le premier tweet faisant écho au jugement du ministre de l'Intérieur, Harlem Désir, eurodéputé et numéro 2 du Parti socialiste gazouille (photo ci-dessus) :

    "

    La provocation pitoyable d'un ministre réduit à rabatteur de voix FN. Une majorité en perdition électorale et morale.

    "

    Dimanche matin, Najat Belkacem, porte-parole de François Hollande oppose dans un tweet les déclarations du ministre de l'intérieur à la déclaration des droits de l'homme de 1789.

    Le MJS dénonce par communiqué"une pale copie du choc des civilisations".

    Selon le blog de Jean-Christophe Cambadélis chargé des questions internationales au PS, "il s’agit au travers d’un glissement sémantique, apparemment anodin, de stigmatiser sous le vocable civilisation , l’Islam censée être inférieure…"

    Pour le député PS Claude Bartolone, le ministre de l'intérieur "fait les poubelles des Le Pen".

  7. Un récidiviste de la petite phrase bien à droite

    Sur lemonde.fr

    Le Monde a recensé d'autres polémiques lancées par Claude Guéant :

    Citations du ministre de l'Intérieur :

    • "Les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux"
    • Sur la Libye, "heureusement, le président a pris la tête de la croisade."
    • "L'accroissement du nombre de fidèles musulmans pose problème."

    Cliquez-ici pour lire l'article du Monde qui développe les citations ci-dessus et en propose d'autres.

  8. Guéant, une "crapule" et "petite frappe" pour Mamère

    Sur Sciences Po TV

    Invité de Sciences Po Tv, Noël a réagi sur les propos tenus par Claude Guéant au sujet des différentes civilisations. Pour lui, le ministre de l'Intérieur est "au mieux une petite frappe mais pas un nazi". Quelques minutes auparavant, le maire de Bègles qualifiait Claude Guéant de "crapule". Très remonté, il a jugé ces propos "d'obscène politiquement".

Du rab sur le Lab

PlusPlus