"Invasion" des tribunes de l'Assemblée nationale : Mariton charge son ancienne collaboratrice

Publié à 21h06, le 05 juin 2013 , Modifié à 21h08, le 05 juin 2013

"Invasion" des tribunes de l'Assemblée nationale : Mariton charge son ancienne collaboratrice
(Maxppp)

"Certains des fauteurs de trouble étaient venus par son intermédiaire". Voilà le retour que fait aujourd'hui Hervé Mariton sur des événements survenus lors du débat du mariage homo à l'Assemblée nationale. Le député accuse son assistante, dont il vient de se séparer, d'être à l'origine de ces troubles lors desquels des militants avaient déployé un banderole. 

Le 23 avril, lors du vote définitif sur le projet du gouvernement au Palais Bourbon, des militants anti-mariage gay avaient déployé une banderole dans les tribunes. Des individus invités par … le député Hervé Mariton. 

Aujourd'hui, le parlementaire affirme que c'est par la faute de sa collaboratrice, Jeanne Pavard, désormais remerciée, que ces personnes se sont introduites dans l'Assemblée nationale : 

Elle m'avait répondu qu'elle avait simplement donné des billets à des gens de la 'Manif pour tous'.

Le député a annoncé ce mercredi qu'il se séparait d'une de ses collaboratrices à l'Assemblée nationale, dont Mediapart a révélé qu'elle entretenait des liens avec l'extrême droite.

Interrogé sur France Bleu Drôme Ardèche, le député, très engagé à l'époque contre le mariage gay, a assuré ne pas être au courant des accointances frontistes de son assistante :

J'ai embauché en 2011 une personne dont le CV était impeccable, comme il est normal pour un employeur, j'ai appelé des référents, en particulier des structures dans lesquelles elle avait travaillé précédemment. Et il n'y avait pas de difficulté.

Je dois reconnaître que je n'avais pas vérifié son profil sur Facebook par exemple. Et à dire vrai, dans mes travaux sur l'équipe du numérique pour interdire aux employeurs de vérifier le profil numérique des personnes recrutées.

Du rab sur le Lab

PlusPlus