Jacques Bompard, chaperon de Marion Maréchal-Le Pen

Publié à 07h18, le 03 juillet 2012 , Modifié à 07h34, le 03 juillet 2012

Jacques Bompard, chaperon de Marion Maréchal-Le Pen
Marion Maréchal-Le Pen pour la première séance de la XIVe législature (Maxppp)

A l'Assemblée nationale, la benjamine Marion Maréchal-Le Pen est peu entourée. Mais elle peut désormais compter sur l'aide de Jacques Bompard, exclu du bureau politique du FN en 2005 et élu député dans le Vaucluse sous les couleurs de La ligue du Sud.

Selon Le Figaro, le maire d'Orange "se propose de travailler avec Marion Maréchal-Le Pen, dont il a favorisé l'élection en mettant à son service ses réseaux locaux."

  1. Départ du FN en 2005

    Sur Le Figaro

    "

    [Jacques Bompard] se propose de travailler avec Marion Maréchal-Le Pen, dont il a favorisé l'élection en mettant à son service ses réseaux locaux.

    "

    Selon Le Figaro, Marion Maréchal-Le Pen bénéficierait d'un deuxième soutien - après celui de Gilbert Collard - pour ses premiers pas à l'Assemblée.

    Le rapprochement de Jacques Bompard n'est pas anecdotique: celui qui est maire d'Orange depuis 1995 fait partie de ces députés élus en 1986 sous les couleurs du Front national grâce au scrutin à la proportionnelle. Il est réélu vingt-quatre ans plus tard dans 4e circonscription du Vaucluse avec 59% des voix.

    Entre temps, sa rupture avec le Front national est consommée. Les tensions commencent en 2000 avec Jean-Marie Le Pen et aboutissent à son exclusion du bureau politique en 2005, puis à son départ. Après un passage au Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, il s'associe au Bloc identitaire et lance la Ligue du Sud, étiquette sous laquelle il vient de remporter les législatives.

    S'il ne s'est pas privé de critiquer Marine Le Pen à ses débuts, ses relations avec sa nièce sont meilleures. Le suppléant de Marion Maréchal-Le Pen, Hervé de Lépinau, est d'ailleurs un de ses proches.

    Aujourd'hui, il se propose donc d'aider la benjamine de l'Assemblée qui devra user de son droit d'amendement si elle veut se faire entendre, un jour, dans l'hémicycle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus