La Cour des Comptes invalide 9.000 euros de factures de frais de réception et de représentation à Rachida Dati

Publié à 12h02, le 13 mai 2015 , Modifié à 18h56, le 13 mai 2015

La Cour des Comptes invalide 9.000 euros de factures de frais de réception et de représentation à Rachida Dati
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP

Il n'y a pas qu'auprès de l'UMP que Rachida Dati a quelques arriérés... À en croire la Cour des comptes, l'ancienne ministre de la Justice a également une ardoise auprès de certaines grandes maisons de couture.

Selon un indiscret du Point de ce mercredi 13 mai, la Cour des comptes a en effet retrouvé dans le budget du ministère de la Justice alloué aux réceptions, entre autres, quelques bordereaux de vêtements de luxe "qui n'avaient rien à faire là", note l'hebdomadaire.

Citée par Le Point, Rachida Dati se défend :

"

Jamais je n'ai vécu sur le dos de l'État quand j'étais ministre. Il y a pu y avoir des cadeaux à des personnalités, rien d'autre.

 

"

Des "cadeaux à des personnalités" qui ont un coût quand même. D'après l'hebdo, la Cour des Comptes a invalidé 8.985,87 euros de factures payées en 2008.

Voici un extrait du rapport : 



Cette somme ne devra cependant pas être remboursée par Rachida Dati herself mais par l'ancien comptable du ministère de la Justice, précise Le Point, car c'est l'administration et non l'ex-ministre qui est tenue pour responsable.

[EDIT 18h55] 

Dans un communiqué, l'ex-garde des Sceaux tient à préciser que "le Ministère de la Justice ne m'a jamais financé de dépenses personnelles ou acheté un quelconque vêtement. Lorsque j'étais Ministre, je ne vivais pas au Ministère et mes dépenses personnelles étaient financées sur mes deniers personnels. (...) 

Je fais remarquer que la Cour des Comptes ne m'a jamais mis en cause, ni à titre personnel, ni à titre professionnel. L'arrêt de la Cour des Comptes est clair et précis sur ce sujet. Les dépenses mentionnées par la Cour des Comptes concernent des cadeaux faits à des homologues étrangers, à des personnalités lors de rencontres professionnelles. D'ailleurs, la Cour des Comptes ne conteste pas et ne met pas en cause la nature des dépenses, mais l'imputation comptable. "

Du rab sur le Lab

PlusPlus