La grosse bourde de Marisol Touraine sur les salles de shoot à Marseille (et comment le FN s'en empare)

Publié à 11h36, le 07 octobre 2015 , Modifié à 11h56, le 07 octobre 2015

La grosse bourde de Marisol Touraine sur les salles de shoot à Marseille (et comment le FN s'en empare)
Marisol Touraine © GEORGES GOBET / AFP

Jeudi 17 septembre, au Sénat. Les élus examinent la loi Santé et débattent d'un amendement sur la nécessaire concertation avec mairie et mairies d'arrondissements dans les villes de Paris, Lyon et Marseille pour l'ouverture des salles de shoot. Au cours de cette séance, la ministre de la Santé Marisol Touraine avance :

"

Pour notre part, nous proposons d’expérimenter dans des communes qui sont candidates pour cela. Il ne s’agit pas d’imposer à qui que ce soit l’installation de ces salles. D’ailleurs, deux communes se sont publiquement portées candidates, Paris et Marseille. Je ne dis rien des autres, car des réflexions se sont engagées ailleurs, indépendamment de la couleur politique des villes concernées.

 

"

Des propos visibles dans le compte-rendu de séance publié sur le site du Sénat. 

Comment ? La ville de Marseille, dirigée par le maire Les Républicains Jean-Claude Gaudin, serait candidate pour expérimenter les salles de shoot ? Voilà qui a de quoi surprendre : si le premier édile a soutenu cette initiative en 2010, la majorité municipale pose aujourd'hui un niet ferme sur le sujet.

Quand Marisol Touraine annonce donc que Marseille est candidate pour l'accueil de salles de shoot, elle se trompe.  Contacté par le Lab, l'entourage de la ministre explique que cette dernière a bien commis une bourde au Sénat :

"

Elle voulait parler de Strasbourg.

"

Marisol Touraine a tout simplement confondu les deux villes.

Auprès du Lab, le premier adjoint au maire de Marseille Les Républicains, Dominique Tian confirme :

"

La ville est opposée aux salles de shoot

"

À quelques semaines des élections régionales, le Front national n'a pas manqué l'occasion pour interpeller la droite, et notamment la tête de liste LR en PACA. Dans un communiqué diffusé mardi 6 octobre, le porte-parole de la campagne de Marion Maréchal-Le Pen Franck Allisio dénonce "la duplicité flagrante des amis de Christian Estrosi concernant l’instauration de salles de shoot dans nos communes".

"On demande des comptes à Christian Estrosi et Jean-Claude Gaudin", abonde auprès du Lab Franck Allisio. Autrement dit : la tête de liste LR en PACA doit clarifier sa position sur le sujet.

Quant au maire de Marseille, Frank Allisio lui demande de confirmer ou infirmer l'information de Marisol Touraine. Ce qu'il n'aura, a priori, pas besoin de faire

Du rab sur le Lab

PlusPlus