La présidence de l’Eurogroupe échappe à la France et revient aux Pays Bas

Publié à 13h07, le 11 janvier 2013 , Modifié à 13h20, le 11 janvier 2013

La présidence de l’Eurogroupe échappe à la France et revient aux Pays Bas
(Reuters)

CHAISES MUSICALES – Ce ne sera donc pas lui. Le nom de Pierre Moscovici avait été évoqué pour ce poste, mais le futur patron de l’Eurogroupe ne sera finalement pas français. Mais néerlandais : la nomination de Jeroen Dijsseelbloem  devrait être officialisée le 21 janvier, rapporte le Figaro économie du 11 janvier.

La candidature des Pays-Bas a été jugée plus crédible que celle de la France.

Le 4 décembre, le Financial Times Deutschland titrait : "Le ministre des Finances français devrait succéder à Jean-Claude Junker." Mais trois jours plus tard, Pierre Moscovici a  fait savoir qu’il n’avait pas fait acte de candidature.

La France aurait tout de même droit à "une compensation" :  en effet, c’est une française qui pourrait prendre la tête du futur Conseil de supervision bancaire de la Banque centrale européenne, si l’on en croit les propos récents de Jean-Claude Junker :

Je suis tout à fait pour qu’on ait un représentant féminin dans la zone euro concernant le mécanisme de surveillance [des banques de la BCE], ce sera fait,et cette personne sera française.

Le Figaro indique qu’un "accord informel aurait été scellé entre les Etats" pour placer à ce poste clé – qui verra le jour en 2013 – la française Danièle Nouy, actuellement secrétaire générale de l’Autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France. Pour l’heure, Paris reste très prudent : le poste n’est pas créé, et la nomination de Danièle Nouy doit encore reccueillir la validation unanime des 27 Etats membres et l’aval du Parlement Européen.
 

Du rab sur le Lab

PlusPlus