L’Assemblée nationale travaille à l’ouverture d’une crèche "début 2018"

Publié à 16h39, le 01 novembre 2017 , Modifié à 16h39, le 01 novembre 2017

L’Assemblée nationale travaille à l’ouverture d’une crèche "début 2018"
© AFP

C’est un vieux serpent de mer de l’Assemblée nationale, une revendication aussi vieille que les plus jeunes des néodéputés : la création d’une crèche dans l’enceinte du Palais Bourbon. Depuis Ségolène Royal en 1991, jusqu’à la députée insoumise Clémentine Autain en 2017, plusieurs requêtes ont été faites en ce sens. Jusqu’ici sans succès. Mais cela va peut-être bientôt changer.

Le JDD révèle ce mercredi 1er novembre qu’une crèche "pourrait être installée à l’Assemblée début 2018". Premier questeur, en charge du budget de la chambre basse, Florian Bachelier explique y "travailler activement depuis juin". "Ça fait trois mois que j’en parle", peste auprès du JDD le député LREM d’Ille-et-Vilaine.

Premier questeur durant la précédente législature, le socialiste Bernard Roman avait expliqué chercher "une solution foncière". Cette solution, Florian Bachelier semble l’avoir et propose un des salons de la questure pour remplir cette mission. Reste à savoir s’il s’agira d’une crèche ou d’une halte-garderie, ouverte aux parlementaires, à leurs collaborateurs ainsi qu’aux fonctionnaires de l’Assemblée voire aux habitants du quartier.

A l’origine de la dernière requête, les députés LFI qui ont déposé fin septembre un amendement visant à inscrire dans le règlement de l’Assemblée que "le Bureau détermine aussi par un règlement intérieur le fonctionnement de la crèche mise à disposition pour les enfants de député ou députée, des fonctionnaires, des collaborateurs et collaboratrices, et de tout agent employé par les services administratifs de l’Assemblée nationale". Un amendement finalement rejeté.

Clémentine Autain, députée LFI également signataire de cet amendement, trouvait "regrettable" que l’Assemblée nationale ne s’occupe pas de la garde des enfants de députés. Interrogée par le JDD sur cette possible évolution, l’élue se félicite :

Je suis très contente que ce problème ait été entendu.

Mais elle met en garde :

 

Il faudrait surtout que les frais de garde d'enfants soient inclus dans l'IRFM [Indemnité représentative des frais de mandats], car cette crèche ne va servir qu'aux députés d'Ile-de-France.

Du rab sur le Lab

PlusPlus