Le Conseil de Paris, nouveau champ de bataille de la guerre Fillon-Copé

Publié à 09h46, le 25 juin 2012 , Modifié à 09h51, le 25 juin 2012

Le Conseil de Paris, nouveau champ de bataille de la guerre Fillon-Copé
Pierre-Yves Bournazel, à Paris, avec Jean-François Copé (Maxppp)

Le conflit entre copéistes et fillonistes commence à toucher les institutions. Au Conseil de Paris, les pro-Copé envisagent de quitter le groupe UMP, actuellement présidé par un ami de François Fillon. Ils n’attendent plus que l’autorisation du secrétaire général.

  1. "La fédération UMP, c'est la Corée du Nord"

    Sur http://www.lejdd.fr

    Rien ne va plus à l’UMP entre les proches de Jean-François Copé et ceux de François Fillon. Au Conseil de Paris, plusieurs élus copéistes souhaitent quitter le groupe UMP d’opposition, présidé par Jean-François Lamour, proche de François Fillon, révèle le JDD.

    Nouvelle bataille dans la guerre Copé – Fillon ou vieilles rancœurs ? En septembre 2011, le groupe UMP au Conseil de Paris implose après l’annonce de la création d’une liste dissidente menée par Pierre Charon contre Chantal Jouanno.

    Pierre-Yves Bournazel, un "copéiste", cité par Le Monde, critique alors la gestion de la fédération UMP de Paris, par Philippe Goujoun, "filloniste":

    Philippe Goujon c'est Kim Jong-il et la fédération UMP de Paris, c'est la Corée du Nord. Elle préfère prendre le risque de perdre un sénateur plutôt que de reconsidérer sa liste.

    Politiquement, c'est de l'hystérie.

    C’est le même Pierre-Yves Bournazel qui pourrait bien prendre la tête du nouveau groupe de droite au Conseil de Paris si Jean-François Copé en autorise la création. Claude Goasguen, Pierre Charon, Rachida Dati et quelques autres se joindraient à lui, explique le JDD.

Du rab sur le Lab

PlusPlus