Le gros recadrage d’Aurore Bergé à Claire O’Petit et ses propos sur la "défaillance" de Richard Ferrand

Publié à 09h43, le 17 août 2017 , Modifié à 09h43, le 17 août 2017

Le gros recadrage d’Aurore Bergé à Claire O’Petit et ses propos sur la "défaillance" de Richard Ferrand
© MARTIN BUREAU / AFP

Le recadrage était prévisible et n’aura pas attendu la rentrée parlementaire. Il est signé Aurore Bergé. 48 heures après les reproches de Claire O’Petit à Richard Ferrand et sa "défaillance", la porte-parole du groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale met en garde sa collègue contre une "fronde" qui pourrait pénaliser le quinquennat. Sur RMC ce jeudi 17 août, la députée des Yvelines s’emporte :

 

Ce qui n’est pas à la hauteur, c’est de faire des aventures personnelles pour faire quelques médias. Moi, je suis plutôt plus sévère avec Claire O’Petit. C’est quelqu’un que j’apprécie humainement et personnellement. Elle peut dire ce qu’elle pense. Mais moi, je pense que ce qui a en grande partie tué le précédent quinquennat, c’est ceux qui ont été appelés les 'frondeurs', c’est-à-dire ceux qui, pour exprimer des désaccords, préféraient aller sur les plateaux télé plutôt que de dire les choses en face aux personnes avec lesquelles ils avaient des désaccords. Si Claire O’Petit a des désaccords, elle doit évidemment, de manière totalement libre, pouvoir les exprimer. Mais moi, je ne l’ai pas entendue les exprimer en réunion de groupe ou au sein de l’Assemblée nationale et c’est là où les débats doivent exister, doivent se passer.

 

À en croire Aurore Bergé, une éventuelle fronde pourrait être empêchée à condition que les détracteurs s’expriment au sein du groupe, et non dans les médias.

Mardi lors de l’émission Les Grandes gueules de RMC, Claire O’Petit s'en était pris à Richard Ferrand, responsable selon elle de la pagaille à l’Assemblée nationale dès le deuxième jour de la nouvelle législature. Selon la députée LREM, le patron de groupe a été "extrêmement défaillant" et n’a "pas su tenir le groupe" lors du vote pour la questure et l’élection des vice-présidents.

Du rab sur le Lab

PlusPlus