Le sénateur-maire UMP de Nîmes, Jean-Paul Fournier, accuse le gouvernement de favoritisme envers la Bretagne

Publié à 07h59, le 24 octobre 2013 , Modifié à 08h11, le 24 octobre 2013

Le sénateur-maire UMP de Nîmes, Jean-Paul Fournier, accuse le gouvernement de favoritisme envers la Bretagne
Capture d'écran du billet de blog de Jean-Paul Fournier.

La dernière réunion gouvernementale d'urgence sur la crise du secteur agroalimentaire en Bretagne et les éventuelles concessions faites à cette région sur l'écotaxe passent auprès de certains comme du favoritisme. C'est le cas de Jean-Paul Fournier qui, le 23 octobre sur son blog, dénonce un "traitement de faveur".

Le sénateur-maire UMP de Nîmes estime que le Premier ministre a "foulé aux pieds le principe d'égalité" :

En dispensant un traitement de faveur exorbitant de celui de l’État avec les autres régions, il foule aux pieds le principe d’égalité, alors que la situation bretonne est objectivement très supérieure à celle du Languedoc Roussillon bien plus en difficulté. (...)

La vérité c’est qu’il y a des régions qui intéressent le gouvernement et d’autres non.

Et de développer tout ce qui, à ses yeux, représente du favoritisme à l'égard de la Bretagne - région qui possède de trop nombreux porte-parole au gouvernement à ses yeux (Jean-Yves Le Drian, Marylise Lebranchu, ou Benoît Hamon sont Bretons) - par opposition à un abandon de sa propre région, le Languedoc :

Il y la Bretagne où l’on garantit 97% du salaire par contrat de sécurisation professionnelle renforcé et les licenciés languedociens qui écarquillent les yeux,

Il y a la Bretagne où on envisage l’exonération de l’écotaxe alors que s’y trouvent les productions les plus polluantes de France et les paysans languedociens modèles en matière de respect environnemental et qui n’ont que leurs yeux pour pleurer. (...)

Il y a la Bretagne où on construit des aéroports en doublon et il y a le Languedoc où le gouvernement vient de repousser à 2030 la liaison TGV Montpellier-Perpignan laissant stupéfaits Languedociens, Catalans et Espagnols.

Jean-Paul Fournier estime qu'avant la Bretagne, François Hollande avait "outrageusement arrosé la Corrèze".

Notons que ce sénateur UMP n'est pas le seul à se plaindre du traitement de la Bretagne. Si les mots sont moins forts, le député de gauche Olivier Falorni, connu pour avoir été le "tombeur" de Ségolène Royal en Charente-Maritime en juin 2012, met en garde le gouvernement sur les "aides régionales".

Il s'exprime dans un reportage de France info consacré à l'écotaxe et diffusé ce 24 octobre:

La Bretagne a un taux de chômage bien inférieur à d’autres régions, à la région Poitou Charentes, (...) il touche beaucoup plus lourdement le Nord-Pas-de-Calais ou le Languedoc Roussillon.

Et attention parce que lorsqu’on commence à se lancer dans des aides régionales, on ouvre la boîte de Pandore.

A lire également :

- Les deux conseillers dédiés aux affaires bretonnes de Jean-Yves Le Drian 

Du rab sur le Lab

PlusPlus