Les petits secrets du député aux 799 questions écrites au gouvernement

Publié à 15h56, le 29 décembre 2012 , Modifié à 15h59, le 29 décembre 2012

Les petits secrets du député aux 799 questions écrites au gouvernement
Michel Zumkeller

Michel Zumkeller est un député productif. En tout cas quand il s'agit d'interpeller à l'écrit le gouvernement. Le député UDI est recordman des questions écrites au gouvernement parmi les députés. Après six mois de mandature, il compte déjà 799 interventions de ce type, selon NosDeputes.fr.

Il devance ainsi, et de loin, Jean-Jacques Candelier, député communiste du Nord qui pointe à 596 questions.

Le député du Territoire de Belfort rédige ainsi environ cinq questions par jour en moyenne depuis le début de la mandature en juillet 2012.

Interrogé par le Lab, il reconnait être au courant de cette statistique qui le fait plutôt sourire. "Mais ce n'est pas un objectif", tempère-t-il rapidement.

La question écrite est un des outils dans le travail parlementaire qui permet de contrôler l’activité du gouvernement. Michel Zumkeller explique qu'elles ont "un gros avantage" :

"

Les questions écrites sont officielles, il y a une réponse et une obligation de réponse. L'avantage, c'est aussi que c'est public. Avant, on faisait beaucoup de courriers aux ministères. La question écrite remplace ces courriers et on est certains d'avoir une réponse.

"

Comment le député a pu arriver à un score de 799 questions en six mois ? "Ca fait dix ans que je suis élu, c'est devenu un mode de fonctionnement", indique-t-il. Et il livre son secret pour ces six premiers mois : poser une question à chaque création d' observatoire, de commission et autres structures lancées par l'Etat.

"

J'ai une thématique phare avec les détails du fonctionnement et du coût de nombreux conseils, commissions et observatoires financés par l'Etat. Ca me permet d'avoir une réponse précise. Et rien qu'à ce sujet, j'ai posé entre 300 et 400 questions.

"

"Ca fait une masse dans ma série de questions", reconnaît-il. Quand on l'interroge sur l'état de santé de ses collaborateurs, il signale qu'ils se portent bien, et qu'ils ont l'habitude de procéder ainsi :

"

Ils travaillent avec moi depuis dix ans, si c'était trop contraignant, ils seraient déjà partis

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus