"L’immigration d’aujourd’hui, c'est les terroristes de demain !" : le plaidoyer du sénateur Masson enchante le FN

Publié à 20h09, le 14 octobre 2015 , Modifié à 07h23, le 15 octobre 2015

"L’immigration d’aujourd’hui, c'est les terroristes de demain !" : le plaidoyer du sénateur Masson enchante le FN
Jean-Louis Masson à la tribune du Sénat le 13 octobre 2015. © Public Sénat

Il n'a pas franchement l'habitude de faire parler de lui. Le sénateur de Moselle Jean-Louis Masson, ancien membre de l'UMP et désormais non-inscrit au Sénat, anciennement député de la même région, a provoqué une bronca au Palais du Luxembourg le 13 octobre pour une prise de position anti-immigration digne du Front national.

Repérée par le site de Public Sénat, cette intervention a soulevé des sénateurs plutôt connus pour leur calme. Lors de l'explication de vote sur le projet de loi sur le droit des étrangers, Jean-Louis Masson se lâche. Il dit vouloir lutter contre "les bien-pensants" et affirme son "hostilité" envers l'immigration. Il va alors développer sa pensée sous le regard des deux sénateurs frontistes, David Rachline et Stéphane Ravier, hilares et applaudissant à tout rompre.

Après avoir estimé que d'un point de vue conjoncturel, la France ne peut pas se permettre d'accueillir des immigrés, le sénateur Masson explique que les migrants d'aujourd'hui ne sont pas comme les Italiens ou les Portugais d'antan. Eux, ils ne posaient pas de problème, voilà tout :

"

Par le passé, nous avons eu d’énormes vagues d’immigration : des Polonais, des Italiens, des Portugais. Et c’était des gens qui ne posaient pas de problèmes... Mais il faut le dire ! Il faut le dire ! Il faut avoir le courage de le dire ! Et ça a été également le cas de gens venus du Sud-Est asiatique. (huées dans la salle)



Allez-y ! Allez-y ! La pensée unique s'excite !

 

"

D'ailleurs, poursuit le sénateur Masson, toujours sous les applaudissements des deux sénateurs FN, les migrants d'aujourd'hui seraient de "mauvais élèves" :

"

Et très souvent, leurs enfants [venus du Sud-Est asiatiques, ndlr] étaient les premiers de la classe. Actuellement, avec des gens qui viennent d’autres endroits, ce ne sont ni les premiers de la classe… (autres huées) Mais oui, mais oui !

"

Stéphane Ravier ne s'en remet pas :

View post on imgur.com

Pour son final, Jean-Louis Masson conclut en évoquant la menace terroriste :

"

Et je voudrais terminer : on nous a dit tout à l’heure que l’immigration avait conduit à des gens qui étaient de très bons Français, des Français remarquables. C’est vrai : Necker, Madame Curie, etc. C‘étaient des Français remarquables. Simplement, j’aurais aimé que la liste soit continuée.



Mohamed Merah, Amedy Coulibaly, ce sont les terroristes aujourd’hui ! L’immigration d’aujourd’hui, c'est les terroristes de demain !

"

A voir ici dans la vidéo de Public Sénat :

Parmi les autres faits d'arme du sénateur Masson, on peut simplement évoquer son opposition au mariage gay. Il avait par exemple déposé une proposition de loi autorisant les maires à invoquer une clause de conscience pour ne pas avoir à célébrer de mariages entre personnes du même sexe.

En 1997, son élection comme député avait été annulée par le Conseil constitutionnel pour avoir financé la campagne d'un concurrent, dans le but d'affaiblir une rivale centriste. Il avait été déclaré inéligible durant un an. Jean-Louis Masson n'a plus été élu député depuis, il est en revanche revenu rapidement en tant que sénateur en 2001.

 

 

 

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus