Loi renseignement : quand un député UMP défend le gouvernement face à un député PS

Publié à 17h20, le 14 avril 2015 , Modifié à 18h00, le 14 avril 2015

Loi renseignement : quand un député UMP défend le gouvernement face à un député PS
© Captures d'écran LCP

VIS MA VIE- Le projet de loi sur le renseignement en débat depuis le 13 avril à l'Assemblée nationale divise la majorité. Certains craignent des atteintes aux libertés individuelles comme la députée PS Barbara Romagnan ou les élus écolo. Le FN est aussi vent debout contre le texte.

A droite, si des centristes comme Hervé Morin s'alarment de certaines dispositions, certains à l'UMP sont plutôt favorables à cette loi que ce soit Eric Ciotti ou encore le souverainiste Jacques Myard. En clair : une lecture par assemblée et zou c'est adopté.

Et sur le plateau de LCP, mardi 14 avril, une drôle de scène se déroule. Le député Jacques Myard de droite, impliqué dans les questions de sécurité justifiant l'urgence devant un socialiste, Alexis Bachelday plutôt dubitatif... Le député souverainiste de l'Essonne explique  

"

Je suis dans l'opposition, je devrais dire c'est scandaleux etc etc bon, c'est pas que je dis. ( ...) ça va passer à la haute chambre, il y a aura une CMP (commission mixte paritaire NDLR). Peut -être on aurait pu avoir une navette, je vous l'accorde volontiers mais il est urgent de mettre en place des dispositions pour votre sécurité comme pour la mienne...

"

 

Plus réservé, le député socialiste des Hauts-de-Seine, estime que le texte aurait pu être mieux présenté. Il argumente :     

 

"

Ce que je trouve dommage, dans notre pays, c'est que ce débat avait commencé il y a plusieurs mois et que c'est au moment où il arrive à l'Assemblée nationale que le sujet devient visible, médiatique et qu'on en parle ..(...) Peut être avec une préparation en amont, des débats et des explications sur un temps plus long, on pourrait éviter certaines polémiques et crispations sur ce texte. Après, le gouvernement a choisi l'urgence à cause du contexte, ça peut se légitimer (...) Peut être qu'on pourrait mieux préparer l'arrivée de ce type de texte par des débats hors de l'hémicycle. 

"

Réponse de Jacques Myard : "C'est difficile en dehors de l'hémicycle ..."

 

 

 

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus