Marine Le Pen annule une interview et un déplacement pour, officiellement, vérifier des documents d'entre-deux tours de la présidentielle

Publié à 11h22, le 11 avril 2017 , Modifié à 11h22, le 11 avril 2017

Marine Le Pen annule une interview et un déplacement pour, officiellement, vérifier des documents d'entre-deux tours de la présidentielle
Marine Le Pen © AFP

Marine Le Pen devait répondre aux questions de Patrick Cohen ce mardi 11 avril. Puis la présidente du Front national devait partir dans l'Aube visiter l'exploitation d'un viticulteur avant de donner un meeting à Arcis-sur-Aube. Mais rien ne s'est passé comme prévu.

Dès dimanche, la candidate frontiste a annulé sa participation à la matinale de France Inter, ce qui n'a pas empêché le journaliste Patrick Cohen de se plaindre très officiellement à l'antenne, ce mardi matin. "Elle nous a plantés. Un rendez-vous calé il y a plusieurs semaines annulé par son équipe avant-hier soir [dimanche] juste après le début de la polémique sur le Vel d'Hiv", a avancé le journaliste, suggérant que Marine Le Pen aurait annulé son rencard médiatique pour ne pas avoir à répondre à certaines questions dérangeantes. La visite de l'exploitation est elle aussi annulée. Le meeting est en revanche maintenu.

Auprès du Lab, David Rachline avance un autre argument. Tout est une question d'agenda, assure le directeur de campagne de Marine Le Pen :

"

Elle devait rester à Paris pour vérifier des documents pour l'entre-deux tours de la présidentielle.

 

"

À 12 jours du premier tour de la présidentielle, Marine Le Pen modifie donc son agenda pour préparer l'entre-deux tours. Un argument quelque peu étonnant. David Rachline l'assure : tout cela n'a rien à voir avec la polémique initiée sur le plateau du Grand Jury. "Elle est en meeting. Si ça avait quelque chose à voir avec cette polémique, elle aurait également annulé ce rendez-vous", avance-t-il.

Dimanche, Marine Le Pen a estimé que la France n'était "pas responsable du Vel' d'Hiv'", rafle au cours de laquelle, en 1942 à Paris, 13.000 juifs ont été arrêtés puis déportés.

Du rab sur le Lab

PlusPlus