Najat Vallaud-Belkacem, la vidéo antidatée et le Front National

Publié à 15h22, le 22 janvier 2013 , Modifié à 17h09, le 22 janvier 2013

Najat Vallaud-Belkacem, la vidéo antidatée et le Front National
Florian Philippot et Najat Vallaud-Belkacem. (Photos MaxPPP)

BOULE PUANTE - C'est l'histoire d'une vidéo antidatée qui a provoqué un communiqué du Front National dénonçant le "communautarisme triomphant" de Najat Vallaud-Belkacem. Puis un autre communiqué du FN, quelques minutes plus tard, pour rectifier.

Florian Philippot, le vice-président du Front National a ainsi dénoncé mardi 22 janvier dans un premier communiqué "une vidéo de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des droits des femmes, participant à Lyon à un événement éminemment communautaire, à l’occasion du nouvel an berbère".

La vidéo en question, mise en ligne sur Dailymotion dimanche 20 janvier est présentée comme enregistrée en 2013. Une vidéo reprise ensuite sur le site LyonCapitale.fr. On y voit Najat Vallaud-Belkacem dire quelques mots, dont certains en berbère, et souhaiter, en souriant, que "Inch Allah",  les berbères entrent bientôt à l'Elysée. 

Une vidéo également reprise sur des sites d'extrême droite comme nationspresse.info sous le titre "Najat Vallaud-Belkacem nous souhaite une bonne année 2963 en berbère", l'année 2963 correspondant à 2013.

Seul problème, à l'époque de cette vidéo, Najat Vallaud-Belkacem n'était ni ministre ni porte-parole mais élue locale. Conseillère municipale et générale de Lyon. 

Contactée par Le Lab, Awal Grand Lyon, l'association lyonnaise qui aurait reçu la porte-parole du gouvernement tombe de l'armoire : 

Aucune célébration du nouvel an berbère n'a eu lieu cette année dans les salons de l'Hôtel de Ville.

Cette vidéo date de 2009.

Florian Philippot a rédigé un second communiqué de rectificatif dans lequel il se dit "mépris par une information erronée" tout en assurant que "les présentes circonstances ne changent rien au fond du message politique".

Donc le FN persiste et signe : 

Si nous reconnaissons que les propos qui nous ont heurtés ne sont donc pas imputables à madame la ministre, ils n’en sont pas moins condamnables dans la bouche d’une élue de la République.

Mais son tweet ainsi que celui de Louis Alliot, autre vice-président du FN ou encore celui du fil officiel du parti continuent d'être partagés sur Twitter.

Contacté par Le Lab, le cabinet de NVB indique que la porte-parole du gouvernement ne souhaite faire aucun commentaire sur cette vidéo détournée et l'attaque du Front National.

Du rab sur le Lab

PlusPlus