Najat Vallaud-Belkacem s'amuse d'un document de l'UMP sur la "perception du genre" par les écoliers

Publié à 17h39, le 12 février 2014 , Modifié à 18h09, le 12 février 2014

Najat Vallaud-Belkacem s'amuse d'un document de l'UMP sur la "perception du genre" par les écoliers

PLACARD A ARCHIVES - Il fut un temps où l'UMP ne se gênait pas pour parler de "genre", et où le parti plaidait pour l'éducation à l'égalité hommes-femmes dès le plus jeune âge. Et l'UMP de l'époque était -déjà- dirigée par Jean-François Copé, secrétaire général.

Comme l'a déterré un utilisateur de Twitter ce 12 février, l'UMP s'interrogeait, en juin 2011, sur "la place des femmes dans la société", et présentait ses propositions en vue du projet de la présidentielle de 2012. Surprise: le parti qui combat actuellement les ABCD de l'égalité souhaitait, à l'époque, former les enfants, dès leur plus jeune âge, à l'égalité des sexes.

Une archive relayée par la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, qui se fait moqueuse sur Twitter :

Alors que de nombreux cadres de l'UMP hurlent actuellement contre la "théorie du genre", l'UMP dans son rapport, ne se privait pas pour employer le terme :

Il faut aider les filles et les garçons à percevoir positivement leur genre et celui du sexe opposé.

L'UMP s'engage alors à "casser les stéréotypes", dès l'école maternelle. Et à encourager les jeunes Français à "se sentir autorisés à adopter des conduites non stéréotypées", comme vous pouvez le constater sur cette capture :

L'UMP de l'époque ne se borne pas à l'éducation des jeunes enfants. Le parti souhaite à l'époque également mettre sous surveillance les publicités sexistes via le Bureau de vérification de la publicité.

Cette convention était à l'époque pilotée par la députée Marie-Jo Zimmerman, et présentée en grandes pompes par Jean-François Copé. Le secrétaire général de l'époque ne reprend pas précisément les propositions de la convention, mais assume totalement son contenu :

Des positions bien différentes de celles que l'UMP défend le 7 février 2014, lorsque, dans un argumentaire envoyé à ses militants, le parti reproche à Jean-Marc Ayrault la phrase suivante :

La ministre des droits des femmes est chargée de conduire un programme d’action ambitieux pour faire significativement progresser [...] la lutte contre les stéréotypes de genre.

C'est dans ce même document, publié avant la sortie de Jean-François Copé, que l'UMP râle contre le livre "Tous à poil !". Le parti d'opposition proclame alors "qu'on ne combat pas les stéréotypes en les remplaçant par d'autres stéréotypes".

Et adresse un message très ferme au gouvernement, assurant qu'il y a d'autres priorités à l'école que l'égalité hommes-femmes :

L'UMP appelle le gouvernement à ne plus encourager la diffusion de l'idéologie du 'genre' dans les écoles publiques. Il doit se concentrer sur les missions fondamentales de l'école -apprendre à lire, écrire, compter-.

Du rab sur le Lab

PlusPlus