Nathalie Kosciusko-Morizet dit réfléchir à "une dépénalisation" du cannabis

Publié à 09h25, le 03 octobre 2016 , Modifié à 09h25, le 03 octobre 2016

Nathalie Kosciusko-Morizet dit réfléchir à "une dépénalisation" du cannabis
Nathalie Kosciusko-Morizet © DR

I SMOKE TWO JOINTS IN THE MORNING C'est un débat qui agite souvent la gauche, entre ceux qui prônent une légalisation du cannabis et ceux qui s'y opposent voire estiment que le débat est clos et puis c'est tout. À droite, en revanche, la discussion est souvent moins agitée car rares sont ceux qui formulent des propositions concrètes sur ce sujet.

Invitée d'Europe 1 ce lundi 3 octobre, Nathalie Kosciusko-Morizet évoque le cas du "canna". La candidate à la primaire de la droite ne se prononce pas en faveur d'une légalisation de la marijuana mais elle pense bien à sa dépénalisation. Elle dit :

"

Il y a deux choses différentes : il y a la question de la légalisation et la question de la dépénalisation. Légaliser, non, parce que je crois qu'il faut savoir poser des interdits. Sur la dépénalisation, ce n'était pas a priori mon avis mais je regarde de près ce que disent les spécialistes sur l'efficacité aujourd'hui de la lutte contre la consommation.

 

"

NKM explique que – c'est son "côté ingénieur" – elle s'intéresse à ce "qui marche le mieux pour lutter contre la consommation chez les jeunes". "Est-ce que ça peut passer ou pas par la dépénalisation ?", s'interroge-t-elle. Et la députée LR de l'Essonne de dire qu'à la base, elle était "contre" une telle mesure. "J'écoute ce que disent les spécialistes et c'est vrai qu'il y a parfois des recommandations troublantes de spécialistes qui nous disent qu'on luttera mieux contre la consommation si on passe à la contravention", dit-elle.

Mais cette position pourrait se retourner contre elle. En 2012, alors porte-parole du candidat Sarkozy, elle avait parlé du cannabis. Mais pas en des termes sympathiques. "Les gens doivent savoir ce qu'ils veulent. S'ils veulent Duflot en jean qui fume des pétards sur le perron de l'Elysée, qu'ils le disent !", avait-elle déclaré, citée par Le Monde

En août dernier, Nicolas Sarkozy avait déclaré ne pas être contre le cannabis. "Je n'ai jamais fumé un pétard de ma vie, ce n'est pas du tout que je suis contre", avait-il déclaré sur RTL alors qu'il décrivait, en 2012, la dépénalisation de la marijuana comme une "folie". " Nicolas Sarkozy est évidemment opposé à la dépénalisation du cannabis", avait de suite embrayé son entourage pour désamorcer toute polémique. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus