Nationalisation "temporaire" de Florange : Delphine Batho soutient Arnaud Montebourg

Publié à 15h59, le 25 novembre 2012 , Modifié à 17h43, le 25 novembre 2012

Nationalisation "temporaire" de Florange : Delphine Batho soutient Arnaud Montebourg
(Benjamin Girette - Maxppp)

Faut-il nationaliser temporairement le site d'ArcelorMittal à Florange ? L'idée avait été lancée jeudi 22 novembre par Arnaud Montebourg qui estimait que si le sidérurgiste indien souhaitait vendre ses activités à la découpe, et non entièrement, l'Etat pouvait réfléchir à une prise de contrôle publique. 

Il réclamait à Mittal d'inclure dans la cession non seulement la filière liquide, qu'ArcelorMittal souhaite fermer, mais également les autres installations, notamment de traitement et finition de l'acier, dont le groupe ne souhaite pas se séparer.

"L'éventualité d'un contrôle public, même temporaire, doit faire l'objet d'une étude sérieuse par le gouvernement, et c'est (...) ce à quoi nous nous sommes attelés depuis plusieurs mois", a déclaré Arnaud Montebourg, haussant le ton face à l'industriel. 

Dans la foulée, Michel Sapin avait exprimé un désaccord sur cette question avec Arnaud Montebourg. La nationalisation ? Très peu pour le ministre du Travail qui estimait que c'était une idée d'un autre temps, sur LCI

"

On n’est plus dans une époque où on nationalise la sidérurgie. 

"

Mais dans les heures qui ont suivies, un communiqué commun tombe : les deux ministres y affirment leur plein accord... sur ce qu'"a indiqué Arnaud Montebourg hier au Sénat".

Ce dimanche, c'est Delphine Batho qui apporte son soutien à Arnaud Montebourg dans Le Parisien. La ministre de l'Ecologie juge que la nationalisation "temporaire" est une une bonne idée :

"

- Arnaud Montebourg envisage la nationatlisation "temporaire" d'ArcelotMittal. Une bonne idée ?

- Oui, je soutiens cette idée, le temps de retrouver un repreneur.

"

Et en poursuit en précisant que la prise de participation publique sera une des armes de la Banque publique d'investissement, dont l'objectif est de favoriser le financement des PME et des entreprises innovantes :

"

La prise de participation publique fera d'ailleurs partie des outils de la future Banque publique d'investissement. 

"

Arnaud Montebourg a également reçu l'appui d'Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et élue de Moselle, département où se trouve la commune de Florange. Elle a salué la position de son collègue du gouvernement de céder l'ensemble du site et non la simple portion qu'il veut fermer.

Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale montrait comme Michel Sapin sont scepticisme sur la méthode. Invité de iTélé vendredi, il ne s'est pas montré convaincu par la proposition du ministre du Redressement productif qu'il considère comme une "arme ultime" : 

"

Je crois qu'il y a possibilité de faire pression sur Arcelor Mittal sans avoir à utiliser cette arme ultime.

"

Mais comme Michel Sapin aussi, le président de l'Assemblée nationale a amendé son jugement par la suite via un communiqué. Claude Bartolone a approuvé l'idée d'Arnaud Montebourg "qui a évoqué l'hypothèse d'une prise de contrôle public provisoire" du site d'ArcelorMittal à Florange.

Mise à jour, 17h30 : précisions ajoutées sur les changements d'avis de Claude Bartolone et Michel Sapin suite à leurs prises de position dans les médias, vendredi matin. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus