Notre-Dame-des-Landes : le machisme de Fillon pour qui Hollande n’est "pas foutu d'arbitrer entre son ancienne épouse et le Premier ministre"

Publié à 11h08, le 19 octobre 2016 , Modifié à 11h08, le 19 octobre 2016

Notre-Dame-des-Landes : le machisme de Fillon pour qui Hollande n’est "pas foutu d'arbitrer entre son ancienne épouse et le Premier ministre"
© AFP

ALERTE MACHISME - Les collaboratrices parlementaires, qui ont lancé mardi le site chaircollaboratrice.com, ne sont pas les seules à être victimes du sexisme des hommes politiques, parce qu’elles seraient jeunes et hiérarchiquement inférieures. L’affaire Baupin, puis les témoignages publiés dans la foulée l’ont encore récemment montré : les députées ou les ministres sont elles aussi régulièrement visées par des remarques machistes.

François Fillon vient apporter une nouvelle preuve qu’en 2016, une femme qui a été candidate qualifiée pour le second tour de la présidentielle et qui est l'actuelle numéro trois du gouvernement peut encore être réduite à son statut conjugal. En meeting à Villiers-sur-Marne mardi 18 octobre, l’ancien Premier ministre et candidat à la primaire de la droite a ainsi dénoncé l’absence d’autorité de François Hollande dans le dossier Notre-Dame-des-Landes :

 

Il n’est pas foutu d'arbitrer entre son ancienne épouse et le Premier ministre !

François Fillon veut en fait parler de Ségolène Royal (qui est plus exactement l’ex-compagne de François Hollande) et de *l’époux d’Anne Gravoin* Manuel Valls. Le chef du gouvernement a recadré mardi la ministre de l’Écologie en indiquant que l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes restait la "priorité" de l’État. Dimanche, Ségolène Royal, opposée de longue date à l’évacuation par la force des zadistes, avait estimé qu’il valait "mieux arrêter les frais".

Si François Hollande est incapable de trancher, cela a surtout à voir avec ses anciennes histoires de cœur, à en croire François Fillon. Selon lui, cela n'aurait rien à voir avec le fait que François Hollande est lui-même très ambigu sur ce dossier, comme l’a révélé le livre de confidences Un Président ne devrait pas dire ça… (Stock). Le chef de l’État est personnellement opposé à la construction de l’aéroport, soit le contraire du positionnement officiel du gouvernement.

La remarque machiste de François Fillon a vivement fait réagir l’ancienne ministre et candidate à la primaire EELV Cécile Duflot, qui s’exprimait ce mercredi sur l’antenne d’Europe 1 :

 

La phrase de monsieur Fillon est extrêmement choquante. Ségolène Royal est ministre de l’Écologie, donc on peut avoir un débat politique. Mais la ramener à un statut conjugal, je trouve ça d’une misogynie crasse.

En matière de sexisme, François Fillon ne fait pas figure d’exception dans la liste des candidats à la primaire de la droite. Le matin même, Nicolas Sarkozy avait estimé qu’"une femme qu’on aime, on ne la traite pas comme une maîtresse". Comme si la première avait une plus grande valeur que la seconde.

Du rab sur le Lab

PlusPlus