Bruno Le Maire raconte les quinze jours d'écriture matinale de son livre

Publié à 17h07, le 15 mars 2016 , Modifié à 17h15, le 15 mars 2016

Bruno Le Maire raconte les quinze jours d'écriture matinale de son livre

SPEEDY GONZALES - Comme tout candidat à la primaire qui se respecte, Bruno Le Maire a sorti un livre parallèlement à sa déclaration de candidature. Mais si Nicolas Sarkozy – qui n’est toujours pas officiellement candidat – a réussi la prouesse d’écrire les 270 pages de son livre à la main, Bruno Le Maire a quant à lui battu tous les records de rapidité.

C’est que l’ancien ministre de l’Agriculture a la plume facile, lui qui est réputé pour ses ouvrages littéraires. Dans un entretien à La Revue Charles mis en ligne ce mardi 15 mars, le député LR de l’Eure raconte avoir écrit son livre en 16 jours, Noël et jour de l’An compris. Il dit :

"

Je suis allé chez Albin Michel rencontrer Alexandre Wickham (le directeur éditorial de la maison – NDLR) le 18 décembre 2015. Je lui ai expliqué mon intention de faire un livre incisif, qui devait sortir rapidement, pour dire comment je sentais ce pays. Je voulais qu’il sorte au début de l’année pour que la date de publication coïncide avec ma candidature à la primaire. C’était un calendrier serré. Là, j’admets qu’il a été un peu étonné. On était mi-décembre et je n’avais pas écrit une ligne.

"

Puis il poursuit :

"

Je ne voulais pas écrire le livre une heure par-ci, une heure par-là, car ça n’aurait pas fonctionné. J’ai laissé les choses mûrir jusqu’au mois de décembre 2015. (…) Le 21 décembre, je suis parti en vacances. Le 5 janvier, j’ai rendu le manuscrit à Albin Michel.

"

Balaise. "C’est sorti d’une traite", se gargarise-t-il, expliquant dans le détail sa manière de procéder pour produire un livre de campagne aussi rapidement. "Pendant ces dix jours de vacances, tous les jours, je me suis mis au travail. Je suis un écrivain du matin. Je me lève à 6 heures, je prends un petit-déjeuner quand même, et à 6h30 je suis à ma table de travail et j’écris jusqu’à midi, en suivant ce qui me vient, en suivant mon intuition", rapporte encore celui qui s’est confronté à Nicolas Sarkozy lors de l’élection pour la présidence de l’UMP.

Du rab sur le Lab

PlusPlus