Pour François Hollande, Leonarda peut revenir en France, si elle en fait la demande, mais sans sa famille

Publié à 13h23, le 19 octobre 2013 , Modifié à 15h07, le 19 octobre 2013

Pour François Hollande, Leonarda peut revenir en France, si elle en fait la demande, mais sans sa famille
Capture d'écran BFM TV.

Fermeté et humanisme. La crise politique créée par l’affaire Leonarda est telle que François Hollande s’est exprimé, depuis l’Elysée, ce samedi 19 octobre après la remise du rapport d’enquête administrative par Manuel Valls. Un rapport donnant raison au ministre de l’Intérieur ainsi qu’à Vincent Peillon, qui souhaitait "sanctuariser l’école". 

Si nombre de voix au PS avait appelé à un retour de Leonarda, appuyé par la sortie de Jean-Marc Ayrault qui avait déclaré que "s'il y a eu faute, l'arrêté de reconduite à la frontière sera annulé", François Hollande a donc tranché, suite aux conclusions du rapport d’enquête.

Après avoir reçu à l’Elysée Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls et Vincent Peillon, le chef de l’Etat a ainsi pris la parole pour déclarer que la jeune fille peut revenir poursuivre sa scolarité en France, "si elle en fait la demande". En revanche, sa famille ne bénéficiera pas de la même clémence, semble-t-il.

"

Enfin, les valeurs de la République, c’est de tenir compte de situations humaines. Par rapport au cas de cette jeune fille, si elle en fait la demande et qu’elle veut poursuivre sa scolarité en France.

Un accueil lui sera réservé. Et à elle seule.

"

Le rapport publié ce samedi conclut qu’il n’y a pas eu de faute, la procédure d’expulsion de la famille de Leonarda étant jugée "conforme à la réglementation en vigueur" mais que les forces de l’ordre "n’ont pas fait preuve du discernement nécessaire". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus