Pour le sénateur écolo Ronan Dantec, s'il n'y a pas d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, l'évacuation de la ZAD se fera sans drame

Publié à 07h42, le 05 janvier 2018 , Modifié à 07h48, le 05 janvier 2018

Pour le sénateur écolo Ronan Dantec, s'il n'y a pas d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, l'évacuation de la ZAD se fera sans drame
© Capture d'écran RMC

Depuis jeudi 4 janvier, au soir, Jean-Jacques Bourdin en est persuadé : le gouvernement a décidé de renoncer à construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le journaliste de RMC maintient ses informations ce vendredi : selon lui, l'aéroport si cher au cœur de Jean-Marc Ayrault – n'est-ce pas Arnaud Montebourg ? – ne verra jamais le jour.

Voilà qui ravit le sénateur écolo Ronan Dantec. Invité de RMC ce vendredi matin, l'élu de Loire-Atlantique se félicite de cette décision qui est encore à prendre au conditionnel. Mais déjà se pose la question de l'évacuation de la ZAD. Mardi 2 janvier, sur Europe 1, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a prévenu : le gouvernement sera "obligé d'employer la force" pour évacuer cette zone où vivent entre 200 et 300 personnes. Dangereux ? Pas forcément, à en croire Ronan Dantec. "Ma préoccupation pendant des années, c'est d'éviter un drame", estime-t-il avant d'ajouter, plein d'optimisme :

S'il n'y a pas d'aéroport, il n'y a pas de raisons qu'il y ait de drame. Il va donc falloir se donner quelques semaines. On n'est pas obligé d'intervenir le 1er février.

 

Et Ronan Dantec d'assurer que les zadistes "ne resteront pas" une fois que la décision de ne pas construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes sera actée – si elle l'est un jour. "Il faut se donner quelques semaines et au printemps, c'est réglé", ajoute le sénateur. "Réglé", c'est vite dit quand même. Selon RMC, l’évacuation de la ZAD mobilisera jusqu'à 2.500 militaires et gendarmes.

Alors évidemment, certains ne manqueront pas de rappeler qu'Emmanuel Macron s'était engagé, durant la campagne présidentielle, à "faire respecter" le vote organisé  au niveau local au sujet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous :



Pour Ronan Dantec, la situation est pourtant bien différente aujourd'hui, surtout parce que le référendum n'envisageait pas la possibilité d'une alternative à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. "Avec les éléments qu'on a aujourd'hui le 'Non' l'aurait emporté, c'est absolument évident", estime le sénateur de Loire-Atlantique.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus