Pour minimiser les attaques contre Wauquiez, l'élue LR Valérie Debord rappelle qu'on surnommait Chirac "le facho"

Publié à 06h59, le 23 octobre 2017 , Modifié à 06h59, le 23 octobre 2017

Pour minimiser les attaques contre Wauquiez, l'élue LR Valérie Debord rappelle qu'on surnommait Chirac "le facho"
Valérie Debord © PATRICK KOVARIK / AFP

Pour minimiser les attaques en politique, certains aiment bien faire appel au passé. C'est le cas de Valérie Debord. L'élue Les Républicains soutient Laurent Wauquiez pour l'élection à la tête du parti, en décembre prochain. Une élection qui, si elle ne laisse que peu de doute quant à son issue pose tout de même plusieurs interrogations, tant la personnalité de Laurent Wauquiez intrigue. Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes est ainsi régulièrement accusé de lorgner du côté de l'extrême droite. L'intéressé a beau s'en défendre, rien n'y fait. Et ça, Valérie Debord ne le supporte plus.

Pour casser cette image, l'élue LR fait donc appel au passé. Et notamment à la figure tutélaire de Jacques Chirac. Invitée de Soir 3, dimanche 22 octobre, l'ancienne députée de Meurthe-et-Moselle dresse un parallèle entre l'ancien Président et Laurent Wauquiez:

Vous savez comment on appelait Jacques Chirac quand il a pris la tête du RPR ? On l'appelait le facho. Et aujourd'hui, Jacques Chirac, je pense qu'aucun Français ne lui attribuerait ce qualificatif.

 

Pendant des années, une partie de la gauche a en effet surnommé Jacques Chirac "facho-Chirac". En cause, notamment, les prises de position du corrézien et son tristement célèbre "le bruit et l'odeur"…

En 2015, Nathalie Kosciusko-Morizet s'était confiée, dans une interview vidéo pour le site de Charles, sur l'ancien chef de l'État. "Je trouve que dans certains des articles qui sortent ces derniers temps, on a l'impression que les gens oublient très vite. Chirac, c'est quelqu'un, qui dans les années 70-80, se faisait traiter de 'facho-Chirac'. À l'époque la gauche ne le trouvait pas si républicain que ça probablement, pour le traiter de 'facho-Chirac'", disait-elle.

Dimanche, Valérie Debord a évoqué ce surnom pour minimiser les attaques contre son nouveau poulain. "Il y a une campagne contre Laurent Waquiez qui n'est pas très agréable et qui est complètement dénuée de fondement", a-t-elle déclaré, décrivant un homme "issu de la droite sociale". "La caricature qui est faire de lui n'est pas du tout raccord", a-t-elle ajouté, omettant une chose : les critiques ne viennent pas seulement de la gauche mais également d'une partie de la droite.

Du rab sur le Lab

PlusPlus