"La carte du Fouquet's, c'est moyen gamme".

Publié à 18h01, le 24 mars 2012 , Modifié à 18h21, le 24 mars 2012

"La carte du Fouquet's, c'est moyen gamme".
Nadine Morano, le 23 février 2012, à Narbonne.

Même lui a reconnu l'erreur. Mais pour Nadine Morano, pasionaria du Président-candidat, la soirée du Fouquet's reste défendable. D'ailleurs, selon Sud Ouest, la ministre de l'apprentissage a déclaré jeudi soir lors d'un meeting à Libourne :"la carte du Fouquet's, c'est moyen gamme".

  1. "on peut tout revendiquer"

    Sur sudouest.fr

    Nadine Morano était jeudi 22 mars à Libourne pour soutenir Jean-Paul Garraud, député UMP de la 10e circonscription et lancer officiellement la campagne locale de soutien à Nicolas Sarkozy.

    En publiant son compte rendu samedi matin, Sud Ouestnote et s'amuse d'une petite phrase prononcée par la ministre de l'apprentissage : 

    "

    Elle assure aussi que Sarkozy n'est pas le président des riches. « D'ailleurs la carte du Fouquet's, c'est moyen gamme (sic) », juge-t-elle. « Le bilan du Président est fort, puissant et courageux. On peut tout revendiquer ; nous ne renions rien. Nous avons fait le maximum de ce que l'on pouvait faire pour la France », conclut-elle devant 350 à 400 personnes qui entonnent « La Marseillaise ».

    "

    Nadine Morano rejoint donc Christian Estrosi, le député-maire de Nice, qui déclarait en janvier que le luxueux Fouquet's était une "brasserie populaire".

    Le Lab s'était alors rendu sur place pour regarder la carte.

    Café - 8 €

    Café Expresso - Cappucino - café crême - jus d'orange pressé ou thé - 10 €.

    Petit déjeuner entre 29 € et 36 €.

    La carte du restaurant ne comporte qu'un menu découverte à 89 €.

  2. Le sparadrap qui colle à Sarkozy

    Sur lelab.europe1.fr

    Le Lab vous propose de lire notre petite mise en perspective des nombreuses références politiques à cette soirée qui a tant collé aux talonnettes de Sarkozy pendant tout son quinquennat.

    A lire enfin, un cri du cœur pour que le Fouquet's fasse oublier son image bling-bling pour revenir à ses fondamentaux culinaires ainsi que les moqueries de François Hollande après le mea culpa bredouillant du chef de l'État.

Du rab sur le Lab

PlusPlus