Présidence de LR : Virginie Calmels rejoint Laurent Wauquiez avec l’aval d’Alain Juppé

Publié à 09h29, le 03 septembre 2017 , Modifié à 16h04, le 04 septembre 2017

Présidence de LR : Virginie Calmels rejoint Laurent Wauquiez avec l’aval d’Alain Juppé
Virginie Calmels et Alain Juppé. © AFP

Qu’est-ce que le juppéisme ? La question se pose depuis la défaite du maire de Bordeaux à la primaire de la droite et son retrait vers sa mairie bordelaise. Car ses troupes sont aussi dispersées que la famille Stark dans les Sept royaumes durant une bonne partie de la série Game of Thrones. Edouard Philippe a rejoint Emmanuel Macron et s’est installé à Matignon, Benoist Apparu s’est retranché dans sa mairie, Jean-Pierre Raffarin a quitté la politique, Maël de Calan envisage d’être candidat à la présidence de LR et Virginie Calmels rejoint… Laurent Wauquiez.

Officiellement candidat à la présidence de LR, Laurent Wauquiez inquiète une partie de la droite qui ne cesse de pointer le risque d’éclatement de LR en cas de victoire de celui qui représente sa ligne la plus droitière. Mais surprise, ce dimanche 3 septembre dans leJDD, la première adjointe d’Alain Juppé annonce son ralliement au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. "Je suis juppéiste, je suis libérale et je l’assume", explique Virginie Calmels assurant qu’elle et Laurent Wauquiez sont "complémentaires". "Ma colonne vertébrale est intacte", ajoute-t-elle pour déminer les critiques potentielles à venir.

Surtout, elle affirme avoir eu l’aval d’Alain Juppé pour faire ce mouvement. Elle raconte l’avoir ainsi prévenu de sa décision. "Bien sûr, comme avant chacune de mes initiatives", répond-elle au JDD avant d’ajouter qu’en cas de veto, elle aurait peut-être fait machine arrière :

"

Alain Juppé m’a dit n’avoir aucune objection sur ma décision. Il a lui-même exposé ses lignes rouges pour rester au sein de LR et elles ne sont pas franchies par Laurent Wauquiez. Il m’aurait demandé de ne pas le rejoindre, je ne l’aurais pas fait…

"

"Vraiment ?" lui rétorque alors le JDD. Elle poursuit :

"

En tout cas, un veto de sa part m’aurait mise mal à l’aise.

"

Et voilà comment Laurent Wauquiez fait un gros coup pour se recentrer et apparaître comme un candidat rassembleur et non un risque potentiel pour l’unité de son parti.



[EDIT 04/09]

On dirait bien qu'Alain Juppé a lu le JDD. Et sa réaction à l'annonce du ralliement de Virginie Calmels à Laurent Wauquiez ne semble pas transpirer l'enthousiasme. La première adjointe, qui assurait avoir l'aval de son mentor pour rallier le favori à la présidence de Les Républicains, a pu voir ce lundi 4 septembre le maire de Bordeaux tweeter ceci :

 

"

Je ne me mêlerai pas de l’élection à la présidence de LR. Je ne parraine aucun candidat. Je serai attentif aux lignes rouges que j'ai tracées.

"

 

 

Pas de "veto", certes, mais ce n'est pas ce qu'on appelle une "super pêche" non plus. Notez tout de même que ça n'a pas empêché Virginie Calmels de retweeter le tweet d'Alain Juppé, entre deux photos d'elle avec Laurent Wauquiez.



#

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus