Quand Jean-François Copé lance un appel au don contre le mariage pour tous

Publié à 18h21, le 10 avril 2013 , Modifié à 18h21, le 10 avril 2013

Quand Jean-François Copé lance un appel au don contre le mariage pour tous
Jean-François Copé en février 2013 (maxppp).

DONNEZ, DONNEZ, DONNEZ MOI ! - La politique, ça coûte cher. Tout le monde le sait, tout le monde en convient. Jean-François Copé le premier. Dans un mail envoyé à l'ensemble des adhérents de l'UMP ce mercredi 10 avril, le président du parti appelle ainsi aux dons, afin de lutter contre le projet de loi sur le mariage pour tous.

Jean-François Copé rappelle d'abord que la gauche "ne dispose au Sénat que d'une très faible majorité", et affirme ainsi qu'il est encore possible d'empêcher le projet de loi d'être adopté par la Chambre haute. 

Alors que l'article 1 a pourtant été adopté ce mardi 9 avril, Jean-François Copé appelle ainsi les militants UMP à donner de l'argent, pour lutter  :

"

Je vous demande de nous donner les moyens de continuer, dans cette dernière ligne droite, à faire entendre nos voix, VOTRE voix, en faisant un don.

Vous nous permettrez ainsi de mobiliser plus encore et d'organiser notre participation massive à la prochaine grande mobilisation populaire, prévue le 26 mai.

"

Cliquer sur l'image pour l'agrandir :

Un appel au don repéré par @Jasonflv sur Twitter, et rapidement relayé par les internautes.

Contacté par Le Lab, l'UMP nous fait savoir qu'une partie de ces dons serviront bien à la prochaine mobilisation contre le mariage pour tous, le 26 mai prochain :

"

Les dons vont servir à mobiliser pour la prochaine manif. On a besoin de drapeaux, de bus...

"

Tout en admettant que l'actualité est opportune pour un appel de ce type: 

"

Des appels au don, y en a régulièrement et on s'accroche toujours à l'actu pour envoyer ce genre de mail.

"

Officiellement, donc, l'argent récolté ne devrait pas servir à renflouer les caisses de l'UMP, qui se trouve acutellement dans une phase financière compliquée. La dotation de l'Etat, après la défaite à l'élection présidentielle, est passée de 33 millions d'euros en 2012 à 20 millions en 2013.

Et l'invalidation possible des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy risque encore d'alourdir encore la note. Jean-François Copé appelle régulièrement ses militants à donner de l'argent pour renflouer les caisses. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus