Si Cécile Duflot est candidate à Paris, "on se retrouvera", prévient Anne Hidalgo

Publié à 10h23, le 29 mai 2012 , Modifié à 10h23, le 29 mai 2012

Si Cécile Duflot est candidate à Paris, "on se retrouvera", prévient Anne Hidalgo
Cécile Duflot et Anne Hidalgo (Maxppp)

Nouvelle déclaration dans la course à la mairie de Paris. Sur Radio classique, la première adjointe de Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo a évoqué Cécile Duflot, possible candidate écologiste pour les municipales dans la capitale. Aujourd’hui, c’est avec la ministre qu’elle traite, même si elle n’exclut pas de "la retrouver sur un autre terrain" en 2014.

  1. Rendez vous en 2014

    Sur www.radioclassique.fr/

    Première adjointe à la mairie de Paris et candidate à la succession de Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo a furtivement évoqué Cécile Duflot, ministre du Logement, intéressée par la capitale.

    Interrogée sur les discussions entre la ville et le ministère du logement, Anne Hidalgo a timidement assuré, sur Radio classique, qu’elle travaillerait avec la ministre :

    "

    On va travailler avec le gouvernement. Bien sur, Cécile Duflot est membre du gouvernement.

    "

    Sur les ambitions de Cécile Duflot à Paris, l’adjointe prévient :

    "

    Si elle vise la mairie de Paris, on se retrouvera sur un autre terrain.

    "

    La ministre du Logement et la dauphine de Bertrand Delanoë doivent notamment travailler ensemble dans le dossier du Grand Paris.

    Autre candidat pressenti pour les municipales, à droite cette fois, François Fillon. Anne Hidalgo se montre assez sceptique sur les ambitions parisiennes de l'ancien premier ministre:

    "

    Beaucoup de responsables politiques qui pensent à 2017 en se disant que sur le chemin il y aura 2014. Mais 2014 sera une élection municipale, une élection pour les parisiens,  François Fillon a du observer le résultat de la présidentielle à Paris. [François Hollande a récolté plus de 55% des suffrages, ndlr]

    J’ai plutôt le sentiment que sa stratégie c’est de prendre l’UMP puis mener la guerre avec M. Copé pour avoir l’appareil politique en vue de la présidentielle de 2017.

    Dans tout cela, l’intérêt de Paris et des Parisiens me semblent un peu loin.

    "

Du rab sur le Lab

PlusPlus