Le top 6 des petites phrases politiques les plus machos

Publié à 14h50, le 08 mars 2012 , Modifié à 15h49, le 08 mars 2012

Le top 6 des petites phrases politiques les plus machos
Laurent Fabius n'a pas hésité en 2006 à tacler Ségolène Royal sur le fait qu'elle soit une femme. (Reuters)

Machisme ou gauloiseries ? Jeudi, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, les Chiennes de garde remettaient le prix du macho de l’année - d'ailleurs attribué, pour la première fois, à un message posté sur Twitter, et non une petite phrase. Les politiques ont parfois laissé échapper des petites phrases un brin phallocrate, voire carrément machiste. Le Lab vous fait une sélection de ces moments de politique qui mettent en colère les féministes.

  1. “Mais qui va garder les enfants ?”

    Sur lefigaro.fr

    Lors de la précédente élection présidentielle, Laurent Fabius a brillé par une petite réplique à l’égard de Ségolène Royal. “Mais qui va garder les enfants ?”, s’était-il demandé, suite à l’annonce de sa candidature. Quelques semaines plus tard, l’actuelle présidente de la région Poitou-Charentes battait l’ancien Premier ministre et Dominique Strauss-Kahn lors des primaires socialistes. 

  2. “Salope !”

    Sur dailymotion.com

    C’est une chaîne de télévision lyonnaise qui a capté ce moment de grande classe. Pour féliciter Michel Havard (UMP), nouvellement élu à l’Assemblée nationale au détriment d’Anne-Marie Comparini (Modem), Patrick Devedjian y va de son fin commentaire : “cette salope !” 

  3. “L'élection présidentielle n’est pas un concours de beauté”

    Sur madame.lefigaro.fr

    Ségolène Royal est décidément la cible de bien des tirs misogynes. En 2005, alors que la jadis députée PS pense à se présenter à la primaire socialiste, c’est Jean-Luc Mélenchon qui déclare à son sujet que “l’élection présidentielle n'est pas un concours de beauté”. 

  4. “Le progrès consiste à faire que les femmes restent à la maison”

    Sur egalite2012.fr

    Marine Le Pen a une vision très traditionnelle de la famille. L’homme au travail, la femme au foyer avec les enfants. Elle déclare d’ailleurs que “le progrès consiste à faire que les femmes restent à la maison”. 

  5. “Toutes les femmes qui veulent avoir l'investiture doivent être baisables !”

    Sur lepoint.fr

    Alors que le RPR débat en interne sur les investitures pour les élections régionales de 1998, Charles Pasqua lance à Philippe Seguin, qui se demande “ce qu’on va faire des gonzesses”,  “il n'y a qu'à proposer une chose simple : toutes les femmes qui veulent avoir l'investiture doivent être baisables !” 

  6. “C'est la Pompadour qui rentre à Matignon”

    Sur liberation.fr

    Edith Cresson fut la première femme à entrer à Matignon en Premier ministre. Un progrès qui ne s’est pas fait sans remous. François D’Aubert, député UDF de Mayenne avait lancé à son propos : “c’est la Pompadour qui rentre à Matignon !”. L’associant ainsi à la maîtresse et confidente du roi Louis XV. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus