Trois prétendants socialistes au Perchoir

Publié à 19h41, le 18 juin 2012 , Modifié à 19h41, le 18 juin 2012

Trois prétendants socialistes au Perchoir
Claude Bartolone, Elisabeth Guigou et Jean Glavany (Maxppp).

A peine élus, ils sont trois socialistes à s'être déclarés officiellement candidat à la présidence de l'Assemblée nationale. Depuis la déroute électorale de Ségolène Royal, les prétendants laissent apparaître leurs ambitions. Elisabeth Guigou, Jean Glavany et Claude Bartolone sont en lice pour le Perchoir.
Roger Madec, maire du 19e arrondissement, propose lui un autre nom : Daniel Vaillant. Le député de Paris a pour lui d'avoir été ministre des relations avec le Parlement pendant trois ans sous le gouvernement de Lionel Jospin.

  1. Vote pour la présidence le 26 juin

    L'élection passée, les ambitions se dévoilent. La présidence de l'Assemblée nationale intéressent, officiellement, trois socialistes. Elisabeth Guigou, Claude Bartolone et Jean Glavany ont fait part de leur volonté d'accéder à cette responsabilité. 

    Le président de l'Assemblée nationale est le quatrième personnage de l'Etat. Outre la direction des débats dans l'hémicycle et la discipline depuis son siège, communément appelé "le perchoir", il a d'importants pouvoirs de nomination. 

    C'est le 26 juin, jour de l'ouverture de la nouvelle législature, qu'aura lieu le vote pour choisir le nouveau président de l'Assemblée nationale. Si c'est une présidente, cela serait une première dans l'histoire de la Ve République.

    Les prétendants : 

    >> Elisabeth Guigou, la candidature discrète

    Elisabeth Guigou s'est déclaré tout en nuance. L'ancienne ministre a affirmé lundi qu'elle était "disponible" pour la présidence de l'Assemblée nationale. C'est une spécialiste des questions européennes qui a occupé d'importants ministères, dont celui de garde de Sceaux dans le gouvernement de Lionel Jospin. Députée socialiste de Seine-Saint-Denis depuis 2002, elle a été réélue dimanche, seule candidate en lice au second tour après le retrait du communiste Patrick Le Hyaric.

    Si elle est choisi, elle pourrait être la première femme à accéder à ce poste. Elisabeth Guigou avait déjà été la première femme à avoir occupé la place de ministre de la Justice, entre 1997 et 2000.

    >> Claude Bartolone, le premier à dégainer 

    Ancien fabiusien, le président PS du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, a officialisé lundi dans une interview au Parisien sa candidature à la présidence de l'Assemblée nationale : 

    Je suis candidat à la présidence de l'Assemblée nationale. J'ai tenu à respecter les temps: celui des primaires, celui de la présidentielle, celui des législatives.

    >> Jean Glavany, candidat même si Ségolène Royal avait été élue 

    Le député des Hautes-Pyrénées a annoncé lundi sa candidature à la présidence de l'Assemblée nationale lors d'une conférence de presse. Ancien conseiller de François Mitterrand à l'Elysée et ancien ministre de Lionel Jospin, Jean Glavany a indiqué qu'il aurait présenté sa candidature même si Ségolène Royal avait été élue députée : 

    Ce n'est pas sûr que son élection m'aurait compliqué la tâche. 

      

    >> La piste Daniel Vaillant 

    Daniel Vaillant ne s'est pas déclaré candidat, mais son entourage le verrait bien y aller. Le maire du 19e arrondissement et sénateur Roger Madec lui a apporté son soutien sur Twitter

    Mais selon Roger Madec, qui l'a déclaré au Lab, "ce tweet n'engage que moi". "J'ignore si Daniel Vaillant est candidat, mais je pense qu'il serait un bon président de l'Assemblée nationale, compte tenu de son expérience de parlementaire et de ministre". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus