Trouvons la Morano du PS !

Publié à 17h07, le 25 décembre 2011 , Modifié à 17h12, le 25 décembre 2011

Trouvons la Morano du PS !
Nadine Morano est devenue spécialiste à l'heure de faire parler d'elle. (Reuters)

Elle fait rire, elle fascine, elle énerve … tout le monde sait qui est Nadine Morano. La très sarkozyste ministre est connue pour ses sorties fracassantes. L’élue de Meurthe-et-Moselle est capable de montrer les crocs à n’importe quel moment pour défendre son champion, Nicolas Sarkozy.

Martine Aubry, sur France Info, aurait dit qu’il faudrait un équivalent au PS. Chiche ? Le Lab sort son Moranomètre et part à la recherche de la femme politique du Parti socialiste un brin grande gueule, fan absolue du chef, avec une belle carapace pour affronter critiques et caricatures et capable de se faire remarquer.

  1. Qu’est ce qu’une Nadine Morano du PS ?

    Sur lepoint.fr

    Ce que veut Martine Aubry, c’est une femme capable d’aboyer ses convictions, de les défendre bec et ongles,au dépens de sa propre popularité s’il le faut. Nadine Morano, c’est ça. L’élue de Meurthe-et-Moselle est d’abord la groupie de son champion. Grande gueule, remarquée pour sa franchise qui frise parfois la maladresse, elle tient ses positions dans les médias comme sur le web. Souvent caricaturée, la ministre s’est forgée une carapace de cuir. Mais elle est aussi implantée localement, ce qui lui donne parfois l’occasion de dégainer sa "légitimité démocratique". 

    C’est tout cela, que cherche la première secrétaire du Parti socialiste, quand elle dit qu’il faudrait une Morano du PS. La quête est rude mais le Lab part à la recherche de celle qui pourrait tenir ce rôle aux côtés de François Hollande pour la campagne.  

  2. Aurélie Filippetti : 70% Morano

    Sur lemonde.fr

    Comme Nadine Morano, Aurélie Filippetti est née en Meurthe et Moselle. De dix ans sa cadette, elle vient aussi d'une famille plutôt modeste. 

    Celle qui est aujourd'hui députée de Moselle est l’un des plus proches soutiens d’Hollande au féminin. Elle est engagée auprès de lui depuis le début de son aventure vers l’Elysée, au moment de sa déclaration de candidature. Sans être groupie absolue, Aurélie Filippetti se déplace sur les plateaux de télévision pour défendre son champion, quitte à "souffrir et se blinder". 

    Implantée localement, Aurélie Filippetti est voisine de circonscription de Nadine Morano. Ce qui lui donne une certaine visibilité par sa présence à l'Assemblée nationale et lui permet d'être toujours active sur la scène politique. 

    Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la députée n'a pas la langue dans sa poche. Elle a répondu avec vigueur à Cécile Duflot, sans doute future alliée, en parlant de "flingue sur la tempe". Par ailleurs, la "madame culture" de François Hollande s'est aussi opposée à son propre camp sur la question du nucléaire. Une personnalité qui peut faire des vagues. 

  3. Gaëlle Lenfant : 50% Morano

    Gaelle Lenfant est vice-présidente de la région PACA et secrétaire nationale du PS aux droits des femmes. Moins connue que Nadine Morano et qu'un certain nombre de femmes socialistes, elle a pourtant de bonne raison d'être une potentielle flingueuse du PS.

    Forte en caractère, Gaëlle Lenfant, comme la ministre, se lâche sur la toile. Twitter est son nouveau terrain de jeu. Mais pendant la primaire, l'élue de Provence-Alpes-Côte d'Azur n'a pas choisi le vainqueur. Martine Aubry était son premier choix. 

  4. Ségolène Royal : 10% Morano

    Sur liberation.fr

    Si Nadine Morano est la cible de nombreuses caricatures, que dire de Ségolène Royal ? L’ancienne candidate PS à la présidence de la République a dû faire face à de très nombreuses critiques. Elles trouvent aussi leur origine dans les sorties iconoclastes de l’élue socialiste, qui a du se forger une carapace de cuirépais pour tenir le cap.

    La présidente de Poitou-Charentes vise un électorat populaire. A tel point, qu'elle se frotte parfois "au populisme", comme le souligne Libération : 

    Plus de simplicité du langage aussi avec des formules un brin populiste qui claquent autant qu’elles surprennent.

  5. Martine Aubry : 0% Morano

    A l’approche de Martine Aubry, le Moranomètre reste silencieux. Il n’y a que peu de choses pour rapprocher la première secrétaire du PS de la ministre. Ancienne rivale de François Hollande, Martine Aubry n’est pas une groupie du candidat socialiste. Par ailleurs, la maire de Lille n’est pas aussi médiaphile que Nadine Morano. Dans l'extrait vidéo ci-dessus, la première question qu'Arlette Chabot pose à Martine Aubry est : "avez-vous un problème avec les médias ?".

    Si elle part à la recherche d’un alter ego de l’élue de Meurthe-et-Moselle c’est qu’elle ne peut tenir ce rôle. 

  6. Et si la "Morano du PS" était un homme ?

    L'équipe de François Hollande est surtout composée d'hommes. Avec une telle présence masculine, difficile d'y trouver une Nadine Morano en puissance. 

    Peut-être que celle-ci se cache derrière une homme, justement ? Parmi les potentiels flingueurs du PS : 

    • Arnaud Montebourg, qui rate rarement l'occasion d'envoyer des missiles et qui maîtrise bien la petite phrase. En revanche, on le voit mal en groupie de François Hollande. 
    • Manuel Valls, avec des prises de positions aussi médiatiques que frisant le populisme. 
    • Patrick Mennucci, un des barons locaux derrière François Hollande. Il peut aussi être très bavard et donner des coups de poings médiatiques. 
  7. Cet article se construit avec vous !

    Une proposition à faire ? Un bon lien ou un avis à partager ? N'hésitez pas à le faire en commentaire. Cet article se construit avec vous, nous mettrons à jour cette page. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus