Un maire UMP du Var regrette que les secours aient été appelés "trop tôt" pour éteindre un incendie dans un camp de roms

Publié à 17h17, le 04 décembre 2013 , Modifié à 06h34, le 05 décembre 2013

Un maire UMP du Var regrette que les secours aient été appelés "trop tôt" pour éteindre un incendie dans un camp de roms
Luc Jousse (Maxppp).

Luc Jousse, maire UMP de Roquebrune-sur-Argens, une commune de 13.000 habitants du Var, a été enregistré, à l’occasion d’un conseil de quartier tenant des propos très durs à l’encontre des roms, révèle un article de Mediapart publié ce mercredi 4 décembre, qui diffuse un enregistrement des propos.

Au sujet d’un feu "qu’ils se sont mis eux-mêmes dans leurs propres caravanes", Luc Jousse explique, selon cet enregistrement effectué par un habitant de la commune :

Ce qui est presque dommage c’est qu’on ait appelé trop tôt les secours !

Mais je n’ai pas dit … 

Non, parce que … 

Les roms, c’est un cauchemar.

Ce dossier sera évoqué lors du prochain bureau politique du parti, annonce mercredi 4 décembre au Lab la direction du parti, dénoncant des "propos inacceptables" :

Il appartiendra au bureau politique qui se réunira mercredi 11 décembre d’étudier les suites à donner à ces déclarations.

>> Jacob prend des pincettes

Invité à réagir à cette polémique sur BFMTV en fin d'après-midi, Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée commence par prendre des pincettes : "vous comprenez que je ne vais pas réagir sur une bande d'enregistrement" et précise qu'il "reste toujours prudent" car il "se méfie de ces enregistrements, etc".

Christian Jacob qui reconnaît néanmoins que "l'extrait est choquant", évoque "une demande d'exclusion, si tout cela est vérifié" et ne comptabilise "pas plus dérapages aujourd'hui qu'il n'y en avait hier".

>> L'intéressé se dit incompris

Également interrogé sur BFMTV, Luc Jousse dément tout dérapage et se dit victime d'une "incroyable extrapolation" de ses propos. 

"Les propos ne sont pas de moi", assure le maire :  

Quelqu’un du public, et je n’aurai pas dû répéter effectivement ses propos excédés, a dit "vous avez appelé les secours trop tôt ". J’ai eu le malheur de répéter cette phrase qui a fait sourire [...] Bien sûr que je m’excuse d’avoir relayé cette phrase

>> La fédération locale veut sévir

Contacté par le Lab, Hubert Falco, sénateur-maire UMP de Toulon, président honoraire de la fédération UMP du Var, s'était montré très choqué par les propos tenus par le maire de Roquebrune-sur-Argens :

Ce sont des propos très graves, parfaitement indignes d’un élu de la République, inconcevables.

L’éventualité qu’une suite soit donnée à ces propos devra faire l’objet d’échanges au sein de la fédération UMP du Var, précise l’entourage d’Hubert Falco, notamment avec l’actuel président de la fédération UMP du Var, et notamment Georges Ginesta

>> Le PS veut sa tête

Dans un communiqué  envoyé notamment au Lab, Thierry Mandon, le porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale fustige "plus qu'un sale racisme", "la négation de la vie humaine" et estime que plus "aucune excuse, aucune justification n'est recevable pour de tels propos".

Le député PS poursuit : 

Cet élu a sali l’écharpe tricolore et n’est plus digne de la porter.

Il doit immédiatement démissionner et son parti l’UMP ne plus accepter en son sein des hommes et des paroles qui la déshonnorent.

Edit à 21 heures avec les réactions du maire et de Christian Jacob

Du rab sur le Lab

PlusPlus