Un parlementaire dit renoncer à parrainer Julien Aubert pour la présidence de LR à cause des pressions du camp Wauquiez

Publié à 06h22, le 28 septembre 2017 , Modifié à 06h30, le 28 septembre 2017

Un parlementaire dit renoncer à parrainer Julien Aubert pour la présidence de LR à cause des pressions du camp Wauquiez
Julien Aubert © AFP

Julien Aubert veut être le prochain président de Les Républicains. Ou tout du moins participer à l'élection du président de Les Républicains. Mais, pour cela, le député du Vaucluse doit recueillir, comme les autres impétrants, les parrainages de 13 parlementaires et de 2.347 adhérents. Chaque parrainage compte, donc. Et lorsque l'un fait défection, c'est toute la candidature qui vacille.

Julien Aubert est en train d'en faire l'amère expérience puisque l'un de ses soutiens a décidé qu'il valait mieux pour lui s'abstenir… Selon Valeurs Actuelles, ce jeudi 28 septembre, ce désormais ex-futur-parrain a fait part de sa décision au député du Vaucluse en évoquant des pressions de la part du camp Wauquiez. Il aurait ainsi écrit un SMS à Julien Aubert disant ceci :

"

Je suis désolé Julien. Les amis de Laurent Wauquiez ont fait pression sur moi.

 

"

Voilà qui n'est pas très sport. Julien Aubert a décidé d'écrire à Laurent Wauquiez. Un message que publie également Valeurs Actuelles et qui dit ceci :

"

Je suis surpris de cette attitude, tu n'as rien à gagner à m'exclure de cette élection. Bien au contraire : nous avons un intérêt collectif à débattre de la ligne.

 

"

On ignore si celui qui considère qu'il a déjà remporté l'élection pour la présidence de LR a répondu. 

Julien Aubert, comme les autres candidats hormis Laurent Wauquiez, sait que sa candidature à la présidence de LR est plus qu'hypothétique. "J'enregistre une moyenne de 60 parrainages par jour. À ce rythme, c'est insuffisant pour espérer atteindre l'objectif", commente-t-il dans Le Parisien. Il n'est pas le seul à s'inquiéter de la situation. "Aujourd'hui, il y a un risque très réel que Laurent Wauquiez soit le seul candidat à la présidence des Républicains. Et franchement, ça serait terrible pour l'image de notre parti", commente de son côté Maël de Calan

Quant à Julien Aubert, peut-être s'est-il ému de cette situation auprès de Nicolas Sarkozy, qu'il a rencontré mercredi, comme il l'a bien indiqué en queue d'un communiqué sur un tout autre sujet... 

Du rab sur le Lab

PlusPlus