VIDÉO - Bernard Cazeneuve fait ses adieux à l'Assemblée nationale

Publié à 16h04, le 15 février 2017 , Modifié à 16h30, le 15 février 2017

VIDÉO - Bernard Cazeneuve fait ses adieux à l'Assemblée nationale

La photo sur le mot fin peut faire sourire ou pleurer. Pour Bernard Cazeneuve, ce mercredi 15 février 2017, c'était la dernière séance. Le Premier ministre a donc dit adieu à l'Assemblée nationale au cours de la séance de questions au gouvernement. 

Répondant à une question / remerciements d'Olivier Faure, le Premier ministre a établi le bilan du quinquennat de François Hollande. Le bal n'est pas encore tout à fait terminé mais les musiciens commencent à ranger leurs instruments. Et, pour Bernard Cazeneuve, le bilan est plutôt bon même si les défis qui s'annoncent, la menace terroriste, la montée des populismes, les risque de désagrégation de l'Europe, etc. sont grands. L'ancien ministre de l'Intérieur a conclu :

 

"

C'est la dernière fois qu'il m'est donné l'occasion de m'exprimer devant notre assemblée. C'est la dernière question d'actualité à laquelle je réponds et n'étant pas candidat aux élections législatives, je n'aurai plus l'occasion de m'exprimer devant vous. C'est pour moi un moment d'émotion. Ça fait près de vingt ans que j'ai eu l'occasion d'être à vos côtés pour de multiples débats où nous nous sommes opposés et où aussi, parfois, nous avons contribué à faire œuvre législative ensemble.  

"


Et Bernard Cazeneuve d'estimer que durant ces vingt années, il a "toujours essayé de faire au mieux mais chacun sait que, face à la rudesse des choses et des défis, quand on essaye de faire au mieux, on n'est jamais sûr de bien faire".

Le Premier ministre a terminé en remerciant "l'ensemble des députés de tous les bancs, pour la qualité du travail qui a été accompli" et de témoigner de sa grande "fierté" d'avoir été à leurs côtés. Cela méritait bien une salve d'applaudissements, de gauche et de droite, seuls quelques-uns chez LR refusant ostensiblement de saluer le travail de Bernard Cazeneuve.


Il reste cependant une semaine de session parlementaire, celle-ci s'arrêtant très officiellement le 27 février. Mais, les 21 et 22 février, le Premier ministre ne sera pas en France mais en Chine. Difficile pour lui de répondre, depuis l'empire du Milieu, aux interrogations des députés. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus