VIDÉO - Les députés LFI et PCF quittent l'hémicycle pendant une question de Meyer Habib, qui les accuse de "soutenir des terroristes" palestiniens

Publié à 16h40, le 15 novembre 2017 , Modifié à 17h35, le 15 novembre 2017

VIDÉO - Les députés LFI et PCF quittent l'hémicycle pendant une question de Meyer Habib, qui les accuse de "soutenir des terroristes" palestiniens

Gros moment de tension pendant les questions au gouvernement, mercredi 15 novembre à l'Assemblée nationale. Les députés de La France insoumise et du Parti communiste ont ostensiblement quitté l'hémicycle, scandalisés par une question du député Constructif Meyer Habib (élu des Français de l'étranger, sa circonscription comprend notamment l'État d'Israël) qui s'indignait du soutien de la France à Salah Hamouri, un avocat franco-palestinien placé en détention administrative en Israël depuis le 23 août.

Une séquence qui s'est déroulée dans un certain brouhaha et qui a causé la colère ou l'embarras de plusieurs députés y compris dans les rangs de Meyer Habib (par ailleurs connu pour avoir remercié le "Tout Puissant" pour son élection), comme on peut le voir dans cette vidéo :



Salah Hamouri fait l'objet d'un ordre de détention administrative de six mois, confirmé le 22 octobre à la Cour suprême de Jérusalem. Ce régime de détention très critiqué par les défenseurs des droits de l'Homme permet à Israël de priver de liberté des personnes pendant plusieurs mois renouvelables indéfiniment sans leur en notifier les raisons.

Le Quai d'Orsay s'est dit fin octobre "préoccupé" par sa situation, en s'étonnant de ne pas avoir connaissance des charges retenues, et a "espéré" sa libération. Dans un communiqué, La France insoumise avait dénoncé un "déni de démocratie et de liberté". Quatre députés LFI (Clémentine Autain, Michel Larive, Danièle Obono et Muriel Ressiguier) voulaient effectuer un voyage en Israël pour rencontrer Salah Hamouri, en plus du dirigeant palestinien emprisonné Marwan Barghouthi. Mais lundi 13 novembre, les autorités israéliennes ont indiqué qu'elles refuseront l'entrée sur leur territoire à ces élus français, parmi lesquels on compte aussi des membres du PCF et notamment son président, le sénateur Pierre Laurent.

Dans sa question à la tonalité très offensive ce mercredi, Meyer Habib a dit avoir "eu honte" de la prise de position de la diplomatie française sur le cas de Salah Hamouri, le qualifiant de "terroriste" en tant que "dirigeant du FPLP", le Front populaire de libération de la Palestine. Et de lancer, dans une diatribe qui a rapidement déplu sur les rangs de La France insoumise et du Parti communiste, dont les membres se sont donc levés en signe de protestation :

En 2005, Hamouri a reconnu avoir planifié l'assassinat du grand rabbin d'Israël. [Les députés visés quittent l'hémicycle, ndlr] Est-ce bien ce terroriste antisémite que la France espère voir libéré ? [...]

 

Affirmant encore que "l'antisionisme, c'est le nouvel antisémitisme" et disant se placer ici dans la lignée de Manuel Valls qui avait tenu des propos similaires, Meyer Habib a alors ajouté :

Ça lui vaut la haine de tous les islamo-gauchistes qui ont quitté cet hémicycle. Provocation, clientélisme, voici Insoumis et communistes unis pour l'occasion, qui annoncent leur voyage en Israël pour soutenir des terroristes.

 

Des propos que les élus LFI ont pu écouter depuis une télévision retransmettant la séance en salle des quatre colonnes, où se côtoient les parlementaires et les journalistes :

Prenant la parole au nom du gouvernement, la secrétaire d'État Nathalie Loiseau (chargée des Affaires européennes au ministère des Affaires étrangères) a d'abord critiqué l'interdiction de territoire notifiée par Israël aux élus français. "Partout, nous souhaitons que les parlementaires français aient accès à l'ensemble des interlocuteurs qu'ils veulent rencontrer pour remplir leur mission d'information", a-t-elle affirmé.

Et de réaffirmer le soutien de la France à Salah Hamouri, dont tout le monde "ignore les charges retenues contre lui", a-t-elle précisé :

Concernant plus spécifiquement la situation de Salah Hamouri, je tiens à redire ici que s'agissant d'un compatriote, il a droit pleinement, comme tous les Français emprisonnés à travers le monde, à la protection consulaire, conformément à la Convention de Vienne.



[...] Nous avons fait part [aux autorités israéliennes] de notre préoccupation face au recours extensif à la détention administrative. [...] Arrêté le 23 août dernier, il ignore, son avocat également et nous de même, les charges qui sont retenues contre lui. Nous continuons à demander le plein respect des droits de notre compatriote et, oui, à espérer sa libération rapide.

À noter que le député FN Gilbert Collard, qui posait lui aussi une question à la suite de Meyer Habib, a apporté son soutien à ce dernier et critiqué l'attitude des députés LFI :

 

Je tiens à dire que j'ai été choqué par la manière dont nos collègues ont réagi aux propos de notre collègue Habib Meyer. On doit pouvoir être capable de tout dire ici, et de tout écouter.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus