VIDEO – Wallerand de Saint-Just justifie l’attaque de Marine Le Pen sur un prétendu compte offshore d’Emmanuel Macron

Publié à 14h02, le 04 mai 2017 , Modifié à 14h02, le 04 mai 2017

VIDEO – Wallerand de Saint-Just justifie l’attaque de Marine Le Pen sur un prétendu compte offshore d’Emmanuel Macron
Wallerand de Saint-Just © DR

Ce fut l’une des – nombreuses – attaques de Marine Le Pen à l’adresse d’Emmanuel Macron lors du débat d’entre-deux-tours, jeudi 3 mai. "J’espère que l’on n’apprendra pas que vous avez eu un compte offshore aux Bahamas...", a lancé la candidate du FN, évoquant tranquillement la possibilité de voir émerger une polémique autour d’un compte caché de l’ancien ministre de l’Economie, à 48 heures de la fin de la campagne officielle.

Mais pour ce "fan" autoproclamé de la cheffe frontiste qu’est Wallerand de Saint-Just, la finaliste de l’élection présidentielle a eu parfaitement raison de s’emparer ainsi de la rumeur. Et de l’alimenter. Invité de .pol ce jeudi 4 mai, la webémission du Lab en partenariat avec le JDD, le HuffingtonPost et Linternaute.com, le trésorier du FN explique que c’est Emmanuel Macron qui a commencé :  

"

Monsieur Macron a insinué d’autres choses qui sont tout aussi insinuatrices (sic) ou aussi fausses, les affaires... C’est très facile, dans un débat télévisé… On ne peut pas non plus être comme ça et dire 'vous avez des affaires', etc. Ce n’est pas vrai. Des instructions sont ouvertes, rien n’a été décidé, nous bénéficions tous de la présomption d’innocence.

 

"

Wallerand de Saint-Just met donc au même plan la reprise d’une rumeur venue d’on ne sait d’où et l'évocation d’enquêtes officielles visant un parti politique.

À voir ci-dessous en vidéo :



Wallerand de Saint-Just poursuit et évoque "des documents" publiés sur internet et "montrant qu’Emmanuel Macron pourrait avoir, à travers une société qui s’appelle, j’ai vu, Providence Limited, un compte à l’étranger". Le frontiste ajoute :

"

À partir du moment où monsieur Macron s’est mis sur ces insinuations par rapport à ces prétendues affaires alors qu’il y a cette présomption d’innocence, eh bien Marine Le Pen, tout à fait naturellement, lui a rétorqué : 'il ne faudrait pas qu’on apprenne de mauvaises nouvelles à votre égard dans les heures qui vont venir'. C’est tout. C’est une réponse aux insinuations très mal venues et très mal placées d’Emmanuel Macron.   

 

"

D'une publication anonyme sur le forum "4chan" à la reprise en direct lors du débat télévisé par Marine Le Pen, "l'information" aurait circulé sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, relayée par des soutiens de Donald Trump, puis s'est retrouvée "dans la sphère d'influence de comptes associés, en France, à Sputnik et à RussiaToday", affirme En Marche ! dans un communiqué ce jeudi.

Pour le camp Macron, le fait que Marine Le Pen ait évoqué cette "affaire" pendant qu’elle se diffusait prouve son lien avec cette tentative de désinformation. "En anticipant sur cette opération par la référence à peine voilée qu’elle y fait au terme d’un débat l’ayant vu épuiser une par une les attaques ad hominem à l’encontre d’Emmanuel Macron, Marine Le Pen a commis l ‘erreur insigne de se relier à cette manœuvre", écrivent-ils. Une plainte pour faux, usage de faux et propagation de fausse nouvelle a été déposée

Du rab sur le Lab

PlusPlus