Les invités gênants de l'Elysée

Publié à 09h47, le 09 février 2012 , Modifié à 12h08, le 09 février 2012

Les invités gênants de l'Elysée
(capture d'écran)

Mercredi, sur son site de campagne, Eva Joly fustige la venue à Paris ce jeudi de Denis Sassou Nguesso, le président congolais. "Cette réception réanime officiellement les liens complaisants qu’entretient la France avec les dictatures. Celui qui voulait 'être le président d’une démocratie moderne, exemplaire au regard du monde' s’embourbe dans la complicité avec les pires criminels", estime, sans concession, la candidate EELV. Kadhafi, Ben Ali ou el-Assad, retour en images sur quelques invités sulfureux qui ont monté les marches de l'Elysée depuis mai 2007...

  1. Kadhafi et sa tente bédouine

    Sur lexpress.fr

    Tout le monde se souvient que Mouammar Kadhafi avait planté sa tente bédouine début décembre 2007 dans la résidence officielle de l'Hôtel Marigny à Paris. S'il ne s'agissait pas à proprement parler d'une visite d'Etat, il a quand même été reçu par Nicolas Sarkozy à deux reprises. Photos sur le perron de l'Elysée à l'appui.

    Seulement, en février 2011, en plein printemps arabe, cette visite de l'ancien dictateur lybien devient encombrante. Une rumeur se répand sur Twitter : le site de la présidence de la République aurait retiré les photos de la visite officielle de Mouammar Kadhafi. L'Elysée dément et affirme que "ces photos n'ont jamais été mises en ligne sur le site de la présidence".

  2. Quatre fois en deux ans pour Bachar Al-Assad

    Sur lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr

    Le président syrien, Bachar Al-Assad, qui s'accroche au pouvoir, a été reçu quatre fois par l'Elysée, depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy : le 12 juillet 2008, le 3 septembre 2008, le 13 novembre 2009 et le 9 décembre 2010.

  3. Hosni Moubarak, l'habitué

    Sur owni.fr

    L'ancien président déchu égyptien Hosni Moubarak était un grand habitué de l'Elysée, et pas seulement sous le quinquennat Sarkozy.

    Mais comme pour Kadhafi, les photos officielles où Nicolas Sarkozy et le Raïs apparaissent très souriants sont embarrassantes.

    "Trois jours après la chute de Moubarak, l'Elysée a nettoyé son site web des photos montrant la complicité de Nicolas Sarkozy et du dictateur égyptien", démontrait Owni dans une enquête.

  4. Les locataires de l'Elysée passent, Biya reste

    Sur lemonde.fr

    Paul Biya en a connu des présidents français. Officiellement réélu le 21 octobre 2011, avec 77,9 % des voix ( le taux de participation étant de 65,82 %), le président du Cameroun entame son sixième mandat ! Il reconnaît qu'il y a peut-être eu des "imperfections" dans le déroulement du vote mais nie les accusations de fraude...

    Pourtant, allant plus loin que la traditionnelle photo sur le perron de l'Elysée, Nicolas Sarkozy lui a accordé le privilège d'être l'invité d'honneur du 14 juillet 2010. Quatre mois plus tard, le parquet de Paris ouvrait une enquête préliminaire, dans l'affaire des biens mal acquis, dans laquelle il lui était notamment reproché de s'être constitué un patrimoine immobilier personnel de plusieurs centaines de millions d'euros en France sur des fonds publics.

Du rab sur le Lab

PlusPlus