Affaire Bygmalion : Rachida Dati contredit Nicolas Sarkozy malgré elle

Publié à 13h43, le 02 octobre 2014 , Modifié à 13h56, le 02 octobre 2014

Affaire Bygmalion : Rachida Dati contredit Nicolas Sarkozy malgré elle
© Montage via Reuters

A trop insister sur le fait qu'il ne connaissait pas Bygmalion durant sa campagne de 2012 - alors que François Fillon ou Bruno Le Maire répètent désormais partout que "tout le monde" était familier de cette boite de com' - Nicolas Sarkozy finit par être contredit par ses propres alliés. Malgré eux. C'est le cas de Rachida Dati ce 2 octobre dans Europe 1 Midi dans une tentative de sous-titrage de l'ancien Président.

L'eurodéputée proche du candidat à la tête de l'UMP explique ainsi qu'il y a une "nuance" entre ne pas connaitre une société et ne pas connaitre son implication exacte dans la campagne. Elle ajoute que Nicolas Sarkozy "connaissait forcément les protagonistes" mais que c'est du système dont il parle lorsqu'il nie en connaitre l'existence. Voici son propos :

"

- Wendy Bouchard : Tout le monde savait sauf Nicolas Sarkozy ?



- Rachida Dati : Pas du tout ! Il y a une nuance à avoir. Quand il dit "je ne connaissais pas Bygmalion avant" – enfin je ne sais pas quels étaient les propos exacts – il dit pas qu’il ne connaissait pas du tout Bygmalion, qu’il n’en avait jamais entendu parler … sans doute en a-t-il entendu parler …. Maintenant, qu’il sache exactement précisément ce qu’ils ont fait dans le cadre de la campagne ou pour l’UMP, c’est une autre chose. Donc il faut arrêter de s’emballer.



- Wendy Bouchard : Il peut connaitre la société mais pas forcément le système de surfacturation ?



- Rachida Dati : Bien sûr. Il connaissait forcément les protagonistes. C’était connu de tous ! Il faut nuancer, il faut arrêter de s’emballer.

"

Sauf que ... A deux reprises, lors de son interview de retour au JT de France 2 le 21 septembre et dans celle accordée au Figaro Magazine du 3 octobre, Nicolas Sarkozy dit très précisément qu'il a "appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne présidentielle", sans distinguer la société de l'activité de surfacturation dévoilée depuis la campagne.

Dans Le Figaro Magazine du 3 octobre :

"

Et maintenant c'est l'affaire Bygmalion, une société dont j'ai appris le nom plusieurs semaines après ma campagne présidentielle!

"

Et sur France 2 le 21 septembre :

"

- Nicolas Sarkozy : J’ai appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne présidentielle.



- Laurent Delahousse : Vous ne connaissiez pas cette société ? Vous ne saviez pas ce qu’elle faisait ?



- Nicolas Sarkozy : Non !  

"

Lors de sa mise en examen, l'ancien dirigeant de Bygmalion Guy Alvès a confirmé aux enquêteurs qu'un double dispositif avait été mis en place avec l'UMP durant la campagne de Nicolas Sarkozy. Les magistrats enquêtent sur un système de fausses factures permettant au budget de campagne du candidat de ne pas exploser le plafond de dépenses autorisées. Pour ne pas compter certains frais, ceux-ci étaient en réalité facturés à l'UMP au prétexte d'évènements plus ou moins fictifs. Nicolas Sarkozy nie avoir eu connaissance de ce montage.

Trois anciens cadres de l'UMP, dont l'ancien directeur général adjoint Eric Césari, on été placés en garde à vue ce 2 octobre.

A lire également sur le Lab :

>> Mariton rappelle qu'il n'a pas collaboré avec Bygmalion, contrairement à Le Maire et Sarkozy

Du rab sur le Lab

PlusPlus