Arnaud Montebourg et Laurent Fabius s’écharpent en plein conseil des ministres

Publié à 13h13, le 29 avril 2014 , Modifié à 08h40, le 30 avril 2014

Arnaud Montebourg et Laurent Fabius s’écharpent en plein conseil des ministres
Le conseil des ministres © MaxPPP
Image Sylvain Chazot


REMOUS – D’après Arnaud Montebourg, le conseil des ministres version Manuel Valls, "ça a de la gueule". Ça tire la gueule également, à en croire une information publiée ce mardi 29 avril par Le Canard Enchaîné.

L’hebdomadaire satirique fait état d’une passe d’armes, bien en règle, entre Arnaud Montebourg et Laurent Fabius lors du conseil du 23 avril. Alors qu’il présente le programme de réformes et de stabilité budgétaires, le premier s’emporte :

Il y a beaucoup de mesures de droite dans ce programme et beaucoup qui cognent fort. En revanche, des mesures de gauche qui ne soient pas mollassonnes, il y en a peu. […] Je suis pour les réformes de gauche, c’est-à-dire la dérégulation des professions réglementées. Et contre celles de droite comme l’ouverture des magasins le dimanche.

Le ministre des Affaires étrangères prend pour lui cette dernière remarque. Mardi 22 avril sur RTL, il s'était dit favorable une modification des règles concernant l'ouverture des magasins et donc le travail le dimanche, aujourd'hui limité à certaines zones dites touristiques. Laurent Fabius répond sèchement à son collègue de Bercy :

Créer des emplois dans des magasins qui ouvrent le dimanche dans les zones touristiques, c’est être de gauche. Parce que créer des emplois, c'est être de gauche, surtout pour un ministre de l’Économie. […] Tout ce que fait un gouvernement de gauche est de gauche.

A noter que, sur le plan de table du conseil des ministres, Arnaud Montebourg fait face à Laurent Fabius, ce dernier étant installé à la droite de François Hollande.

Ce dernier intervient justement, décidé à ramener un peu de calme. Et le chef de l’État tranche :

Ce n’est pas parce qu’un syndicat n’est pas d’accord que c’est une réforme de droite. […] Je prendrai des mesures de déréglementation de gauche, et de droite.

Preuve que, même au sommet de l’État, les divisions existent. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus