Ces élus de gauche qui soutiennent le président des jeunes UMP accusé d'être en France sans titre de séjour

Publié à 21h12, le 10 février 2015 , Modifié à 21h13, le 10 février 2015

Ces élus de gauche qui soutiennent le président des jeunes UMP accusé d'être en France sans titre de séjour
Stéphane Tiki © DR / UMP Flickr

#RégularisezStéphaneTiki - Stéphane Tiki, président des Jeunes Populaires de l'UMP, a décidé de se "mettre en congé" de ses fonctions mardi 10 février, conséquence directe des révélations du Canard Enchaîné du mercredi 11 février.

L'hebdomadaire écrit que Stéphane Tiki, originaire du Cameroun et installé en France depuis 10 ans, "ne dispose pas de titre de séjour". Ce que le président des jeunes UMP présente comme une affirmation "inexacte et mensongère" ; il précise que sa demande de régularisation est "en cours".

Stéphane Tiki peut néanmoins compter sur certains soutiens et notamment ceux de Laura Slimani, son homologue du Parti socialiste, et de Ian Brossat, adjoint PCF à la mairie de Paris.

Peu après la diffusion de l'information du Canard, Laura Slimani a ainsi signifié que Stéphane Tiki pouvait compter sur les Jeunes socialistes "pour se battre pour sa régularisation".

Même tonalité du côté de Ian Brossat qui apporte "pour une fois", son soutien à Stéphane Tiki qui, d'après l'élu parisien, "mérite d'être régularisé" comme "les autres citoyens sans papiers vivant ici".

Adrien Saumier, adjoint EELV du maire du 13e arrondissement, espère quant à lui que cette révélation "fera comprendre à l'UMP certaines réalités".

Voilà pour les soutiens.

Mais, déjà, certains visent Stéphane Tiki. C'est le cas de Thierry Mariani, tête de gondole de la Droite Populaire et avec qui Stéphane Tiki a déjà eu quelques conflit, notamment après le réveillon commun entre des jeunes FN et des jeunes UMP. Interrogé par le Scan, le député UMP des Français de l'étranger espère que "c'est une mauvaise blague". "Je ne comprends pas qu'il ne soit pas français. C'est la moindre des choses pour être à la tête des Jeunes UMP", estime Thierry Mariani. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus