FN et PCF s'affrontent à Hénin-Beaumont sur fond de commémorations

Publié à 17h53, le 25 septembre 2014 , Modifié à 06h48, le 26 septembre 2014

FN et PCF s'affrontent à Hénin-Beaumont sur fond de commémorations
Le maire FN d'Hénin-Beaumont Steeve Briois © Reuters/Pascal Rossignol

David Noël n'est plus le bienvenu. Élu communiste d'Hénin-Beaumont, il vient de se voir signifier qu'il ne sera plus invité aux commémorations officielles organisées par la ville FN.

Christopher Szczurek, adjoint délégué à la vie culturelle, a envoyé le 23 septembre un courrier à David Noël. Dans sa missive, l'élu FN écrit qu'il a constaté le refus de son opposant communiste "d'assister aux commémorations officielles organisées par la municipalité et de [son] souhait de commémorer entre [eux]".

Voici l'intégralité de la lettre :



Contacté par Le Lab, David Noël parle d'une "vengeance après l'affaire de l'hôpital". Lundi 22 septembre, le maire FN Steeve Briois a échoué à se faire élire président du conseil de surveillance du centre hospitalier d'Hénin-Beaumont.

L'élu communiste reconnaît néanmoins que, "pour certaines cérémonies", il refuse de s'associer à la municipalité frontiste. Il explique :

Lors du 70ème anniversaire de la libération de la ville, début septembre, on a fait notre propre cérémonie. On ne se voyait pas célébrer ça avec les héritiers des forces politiques qui ont collaboré avec les nazis.

Il évoque également l'hommage rendu, en avril, à Joseph Fontaine, militant antifasciste assassiné en 1934 par un royaliste de l’Action française. "Monsieur Briois, dans un geste un peu provocateur, avait déposé une gerbe peu après nous alors que le FN est l'héritier de l'Action française", ajoute l'élu PCF. Il poursuit :

Il y a une rivalité mémorielle entre nous, c'est évident.

Pour autant, David Noël assure que son camp a participé à d'autres cérémonies, notamment celle du 14 juillet, et qu'il compte bien se rendre à d'autres. Sauf que, dorénavant, la mairie ne l'invitera plus. Au Lab, l'adjoint délégué à la vie culturelle Christopher Szczurek justifie son choix :

On ne peut pas se laisser cracher au visage, aux visages des soutiens patriotiques, et ne rien dire. À partir du moment où il fait les choses dans son coin, il se sort lui-même du protocole. Il est dans la posture et la provocation. Il ne faut pas qu'il s'étonne si on ne l'invite plus. Nous, on est tout à fait à l'aise.

La prochaine cérémonie est prévue pour le 11 novembre. David Noël ne recevra donc pas d'invitation. "Libre à lui s'il veut venir mais aucune invitation officielle ne lui sera envoyée", conclut Christopher Szczurek.

Du rab sur le Lab

PlusPlus