Un élu FN estime avoir fait "son devoir" en diffusant des images de l'assassinat d'Hervé Gourdel

Publié à 16h29, le 25 septembre 2014 , Modifié à 16h33, le 25 septembre 2014

Un élu FN estime avoir fait "son devoir" en diffusant des images de l'assassinat d'Hervé Gourdel
Gabriel de Peyrecave © PHOTOPQR/LE PROGRES/PHOTO PH VACHER

L'assassinat, mercredi 24 septembre, d'Hervé Gourdel par les djihadistes de Jund al-Khilafa a choqué l'ensemble de la classe politique. Peu après l'annonce de la mort du Français, certains élus ont demandé aux internautes de ne surtout pas relayer les images de la décapitation. Un appel que n'a pas souhaité entendre Gabriel de Peyrecave, élu FN de Saint-Etienne, également conseiller régional de Rhône-Alpes.

Mercredi, ce frontiste a choisi de diffuser sur son compte Twitter, via le blog d'extrême droite FdeSouche, une vidéo et des photos de l'assassinat d'Hervé Gourdel. Une diffusion immédiatement dénoncée par des internautes.

Interrogé par France Bleu ce jeudi 25 septembre, l'ancienne tête de liste FN aux municipales à Saint-Etienne ne regrette absolument pas ce choix. Il le revendique même :

De montrer la vérité, ça passe aussi par montrer une photo. C'est quand même pas loin l'Algérie quand même ! Ils sont quand même pas loin l'État islamique! C'est ahurissant! C'est quand même pour faire prendre conscience aux Français, et particulièrement aussi aux Stéphanois, que la France manque considérablement de moyens notamment dans sa défense nationale.

Et l'élu de s'étonner des réactions, expliquant que l'on reproche assez souvent "à certaines personnes du Front national de cacher certaines vérités, par rapport notamment à l'histoire", pour ne pas s'offusquer de la diffusion de ces images.

Gabriel de Peyrecave conclut en estimant avoir fait son devoir d'élu :

C'est la réalité, c'est l'actualité. Tout simplement, je fais, justement parce que les journalistes ne veulent pas peut-être effectivement diffuser cette photo, ne pas apeurer peut-être les Français, moi je fais mon devoir. Mon devoir de responsable politique, c'était effectivement de diffuser ces photos.

Mercredi 24 septembre, François Hollande a réagi à l'assassinat d'Hervé Gourdel. Le président a déclaré que les assassins "devront être châtiés", estimant que "cette agression contribue à renforcer" sa détermination à "combattre le terrorisme partout". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus