Henri Guaino convoqué le 22 octobre devant le tribunal correctionnel de Paris pour ses propos sur les magistrats

Publié à 20h08, le 07 octobre 2014 , Modifié à 20h15, le 07 octobre 2014

Henri Guaino convoqué le 22 octobre devant le tribunal correctionnel de Paris pour ses propos sur les magistrats
Henri Guaino © Maxppp

Il espère rallier ses petits collègues à sa cause. Le député des Yvelines Henri Guaino, qui s'était illustré pour ses propos sur les juges français, est convoqué par le Tribunal Correction de Paris, et demande la solidarité de ses collègues de groupe. Dans un mail envoyé à ceux-ci qu'a pu consulter le Lab, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy évoque "la liberté d'expression des parlementaires" :

"

Je suis convoqué, le 22 octobre prochain, devant le Tribunal Correctionnel de Paris (17ème chambre - Boulevard du Palais - 75001 ) à 13 heures 30.

 

J’y donne rendez-vous à ceux d’entre vous qui souhaitent défendre la liberté d’expression des Parlementaires qui se saurait être remise en cause par un corporatisme judiciaire plaçant les magistrats au-dessus de toute critique. 

"

Henri Guaino sera entendu pour "outrage à magistrat" et "discredit jeté sur une décision de justice". Contacté par le Lab, Henri Guaino confirme la date de l'audience et son intention de mobiliser ses collègues autour de sa cause. Il indique par ailleurs quelle sera sa ligne de défense :

"

Je serais content qu'ils soient avec moi. Je vous rappelle que 107 députés ont signé un texte public reprenant mes propos. Je me suis d'ailleurs étonné, je m'en étonnerai devant le tribunal, que le tribunal ne se permette de ne renvoyer que moi devant le tribunal. Ça me paraît être une violation flagrante d'égalité devant la loi. 

"

Henri Guaino avait, à plusieurs reprises, attaqué le juge Jean-Michel Gentil qui s'attaquait à Nicolas Sarkozy. En mars 2013, le député UMP des Yvelines avait notamment estimé que le juge qui avait mis en examen Nicolas Sarkozy avait "sali la France devant le monde entier" "et déshonoré la justice":

"

Le juge, par cette accusation infamante, insultante contre Nicolas Sarkozy, a bien déshonoré la justice !Il a sali la France en direct et devant le monde entier .

"

 En mai dernier, il avait également, sans succès, tenté de faire voter par l'Assemblée une résolution parlementaire pour le défendre.

Du rab sur le Lab

PlusPlus